Pacte fiscal: Demers favorable à la proposition soumise

Jacques Demers... (Archives La Tribune)

Agrandir

Jacques Demers

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Comme le reste des membres du conseil d'administration de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), le vice-président de cette organisation et maire de Ste-Catherine-de-Hatley, Jacques Demers, est en faveur du projet de pacte fiscal récemment soumis par le gouvernement du Québec.

M. Demers croit que le pacte fiscal proposé par Québec contient suffisamment d'éléments intéressants pour que la FQM l'accepte, et ce, au même titre que l'Union des municipalités du Québec plus tôt cette semaine.

«On a pu obtenir cette proposition de la part du gouvernement en étant regroupé, souligne le vice-président de la FQM, qui est également maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog. Si on refusait ce qui est sur la table et qu'on essayait chacun de notre côté d'obtenir des choses de Québec, on risquerait d'avoir une bien moins grande écoute.»

«Il y a 600 municipalités comptant moins de 2000 habitants au Québec.»


Des maires de grandes villes ont constaté avec bonheur que Québec offrait aux municipalités la possibilité de décréter, au besoin, les conditions de travail de leurs employés. Toutefois, selon Jacques Demers, cet engagement contenu dans la proposition gouvernementale a moins d'intérêt pour les membres de la FQM.

«Il y a 600 municipalités comptant moins de 2000 habitants au Québec. De nombreuses d'entre elles sont membres chez nous. Et, quand on parle de petites municipalités, la question des négociations avec les employés est moins importante. Par exemple, à Sainte-Catherine-de-Hatley, ça ne nous cause aucun problème depuis des années.»

Jacques Demers note par ailleurs que la proposition inclut une somme de 50 millions $ qui servirait pour l'amélioration de la «voirie locale». Ce montant serait accordé tous les ans jusqu'en 2019.

La proposition prévoit également une hausse des redevances sur les ressources naturelles accordées aux municipalités et une bonification des fonds pour le développement des régions. Québec offre par surcroît de diminuer ses exigences en matière de reddition de comptes.

Les membres de la FQM ont jusqu'à samedi pour se prononcer sur la proposition du gouvernement provincial. Le conseil d'administration respectera la position des membres, une fois celle-ci connue.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer