Mettre en mots le vécu après une tragédie comme celle de Lac-Mégantic

Marie Lefebvre, Bruno Gagnon et Sylvie Tremblay dans... (Photo fournie)

Agrandir

Marie Lefebvre, Bruno Gagnon et Sylvie Tremblay dans une répétition de la pièce Comme un grand trou dans le ventre, sur la tragédie de Lac-Mégantic. La première aura lieu demain soir à l'auditorium Montignac.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) Comment mettre en mots le vécu d'une population après une tragédie comme celle de Lac-Mégantic? Comment se réapproprier son histoire, sa douleur et se donner le droit de revivre?

C'est l'immense défi relevé par le Théâtre des petites lanternes avec la pièce Comme un grand trou dans le ventre, fruit de la Grande cueillette des mots du Granit, amorcée en hiver 2014.

Celle-ci a permis à des centaines des citoyens, des «écrivants», de prendre la parole, d'évoquer leur vie avant le déraillement du 6 juillet 2013, d'exprimer ce qu'ils ont vécu pendant cette nuit hallucinante et de dire où ils en sont aujourd'hui.

«Cette tragédie a tellement été médiatisée que les gens se sont sentis dépossédés de leur histoire. Celle-ci a beaucoup été interprétée de l'extérieur, mais très peu de l'intérieur», explique l'auteure et metteure en scène Angèle Séguin.

«La participation collective fait partie de notre travail de création. Nous avons mis en place un comité de pilotage avec les organismes du milieu, nous avons identifié les écrivants et nous avons fait des ateliers d'écriture animés par des comédiens et du personnel de l'équipe psychosociale», précise-t-elle

«Des centaines de thèmes sont ressortis, mais il y avait un thème transversal : les repères. Toute tragédie, tout événement, heureux ou malheureux, nous fait perdre des repères et en trouver de nouveaux», ajoute la femme de théâtre qui avait participé à un projet semblable en Haïti, à la suite du séisme de janvier 2010.

Mouvement libérateur

Comme un grand trou dans le ventre met en scène quatre personnages aux destins croisés incarnés par Bruno Gagnon, Marie Lefebvre, Marc Thibault et Sylvie Tremblay.

«À travers ces milliers de mots et de textes, j'ai construit l'histoire de ces personnages. Avant la tragédie, quels étaient leurs repères? Puis arrive la tragédie qui vient bousculer tout ça... On la vit à travers eux, on voit comment elle les emmène ailleurs. Elle leur fait prendre conscience de leurs choix, de leurs parcours», illustre la metteure en scène.

Le projet a rapidement été perçu comme «un mouvement libérateur», dit Angèle Séguin.

«J'avais beaucoup de préoccupations pour que le projet soit bien compris, pour que les gens ne le sentent pas comme imposé. On a rencontré tous les maires, ils ont réagi avec ouverture. C'était très émouvant, j'ai perçu qu'ils se sentaient entendus.»

Comme un grand trou dans le ventre va évidemment «brasser» des choses.

«Oui, ça nous brasse tous. Souvent, on vit sur le moindre mal et, malheureusement, on attend longtemps avant de se brancher sur nos rêves. Autant la tragédie peut signifier la mort, autant elle nous met en contact avec le vivant.»

«Plus de 1000 citoyens de la MRC ont collaboré à ce projet-là. Les gens ont plongé dans leurs émotions et le désir de se recréer, de créer autre chose. Cette création, ce n'est pas seulement la nôtre, c'est celle de toute une communauté. Ce spectacle, c'est vraiment une ode à la vie!»

Comme un grand trou dans le ventre

Demain, 20h

Dimanche, 13h30

Vendredi 2 octobre, 20h

Auditorium Montignac

Contribution volontaire

Mardi 6 octobre, 20h

Salle Maurice-O'Bready, 20h

Entrée: 27$(étudiants et aînés: 23$)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer