La CMQ fustige les «faux» experts

Le président de la Central Maine and Quebec (CMQ) Railway, John Giles, a senti... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Le président de la Central Maine and Quebec (CMQ) Railway, John Giles, a senti le besoin de remettre les pendules à l'heure.

Il mentionne qu'il n'y a aucun convoi de pétrole brut prévu pour passer à Lac-Mégantic, à partir du 1er janvier 2016, contrairement aux rumeurs véhiculées, puisqu'il n'a signé aucun contrat avec quelque compagnie que ce soit pour offrir son service de transport.

«Il n'y a aucun plan en ce sens pour transporter du pétrole sur les rails. Et avant que ce transport recommence, je m'engage à venir à Lac-Mégantic, rencontrer la population lors d'une assemblée publique au Centre sportif, pour discuter de la situation, comme nous l'avons fait dans le passé», garantit M. Giles.

Il a contacté La Tribune à la suite de la publication, mardi, de la nouvelle que sa compagnie ne remplacera pas le ponceau près du centre-ville jugé en mauvais état par des citoyens et par la Ville de Lac-Mégantic.

«J'ai des choses à dire à propos du ponceau. Il a fait l'objet de plusieurs conversations dans notre entourage. Il a été examiné par nos propres professionnels de la voie ferrée, à la requête de la Ville de Lac-Mégantic, de même que par les inspecteurs de Transports Canada. Nous avons d'ailleurs acheminé une lettre à la Ville de Lac-Mégantic à ce sujet. Ce ponceau ne constitue pas un problème immédiat. Il doit être surveillé, nous en convenons, mais il n'y a pas lieu de le remplacer», a confié M. Giles au téléphone.

Il se demande pourquoi la Ville de Lac-Mégantic ne publie pas les rapports qu'elle a reçus de sa part faisant état de ces inspections par ses spécialistes et ceux de Transports Canada, pour répondre aux demandes des citoyens et des organismes engagés pour la sécurité ferroviaire.

Il discrédite certains soi-disant experts qui se prononcent sur la qualité de la voie ferrée sans en avoir l'autorité.

«J'ai déjà investi un montant de 22 millions $ pour améliorer la voie ferrée de MMA. Je vais en investir encore dans le futur. Mais je ne veux pas être obligé de le faire chaque fois que des non-experts se prononcent sur la voie ferrée. Une personne comme André Lachapelle, on ne le rendra jamais heureux. Et le soi-disant expert belge, M. Vandersleyen, qui n'a aucune expérience en construction de voie ferrée, devrait s'abstenir de faire augmenter l'angoisse chez plusieurs personnes de Lac-Mégantic, dont la fragilité est exacerbée et qui ont souffert déjà assez de ce qui est arrivé, ce que je ne minimise pas du tout.»

«Je crois que ceux qui se déclarent eux-mêmes des experts et qui effectuent des inspections» amateures, irresponsables et sans fondements, et qui se permettent, sans autorisation, de passer sur la voie ferrée, risquant des blessures autant pour eux que pour les spectateurs qui les accompagnent, cela a le même effet sur la population. Cela induit la communauté en erreur. Ils devraient laisser aux vrais spécialistes d'effectuer des inspections sérieuses et documentées. C'est vraiment frustrant à la longue!»

Dans sa lettre du 10 septembre dernier, la CMQ affirmait que le remplacement du ponceau est estimé à 50 000 $ et qu'après avoir dépensé 22 millions $, la compagnie n'hésiterait pas à dépenser ce petit montant en temps requis.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer