Inspection des rails: trois fois plus cher que prévu

Colette Roy Laroche... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Colette Roy Laroche

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche, a causé deux surprises de taille au cours de l'assemblée de son conseil municipal, hier soir, quand elle a, dans un premier temps, révélé que l'analyse des deux soumissions reçues pour la réalisation de l'inspection indépendante des rails de la CMQ faisait en sorte que pour l'instant, le projet était laissé de côté.

« Les deux soumissions reçues ont été déclarées conformes par le comité d'analyse, mais l'élément de surprise a été le prix. Le plus bas soumissionnaire était encore trois fois plus cher que ce qui était prévu au budget. Nous avions estimé à 25 000 $ le montant qu'il ne fallait pas dépasser... Du financement devra être trouvé auprès des gouvernements. Nous rendrons une réponse et traiterons de ce dossier à la prochaine assemblée du conseil », a décrété Mme Roy Laroche.

CMQ Refuse de remplacer un ponceau

Le coup de théâtre a été total quand la mairesse a fait état de la réponse négative de la Central Maine and Quebec (CMQ) Railway, pour le remplacement du ponceau défectueux, réclamé par les citoyens et par voie de résolution officielle par le conseil.

« Le conseil est mécontent. Nous entendons faire des représentations auprès du président de la CMQ pour manifester notre désaccord. Nous allons lui demander un échéancier détaillé des travaux que sa compagnie entend effectuer sur la voie, les années à venir », a affirmé la mairesse.

Les réactions négatives ne se sont pas fait attendre de la part de plusieurs citoyens présents.

« Le ton va monter, nos actions vont s'intensifier... Je suis très déçu de cette réponse de la CMQ, qui s'était vantée, en 2014, que le Groupe Fortress serait différent de la MMA. Ils ne veulent pas communiquer et attendent à la dernière minute pour écrire à la mairesse une réponse négative », a déclaré André Lachapelle, du Comité Sécu-Rail.

« La CMQ, c'est du même calibre que la MMA. On va continuer à travailler et la CMQ va payer! », a pour sa part émis Richard Poirier, également du Comité Sécu-Rail.

Pour sa part, Robert Bellefleur s'est dit très déçu par la CMQ. Il a remis, comme prévu, la pétition de 2580 noms pour demander l'arrêt immédiat du transport de matières dangereuses par train en passant par Lac-Mégantic, et que la Ville demande une injonction interlocutoire d'un tribunal fédéral pour ce faire.

« Cette pétition constitue sans doute un levier important dans vos revendications pour la sécurité de la population », a dit M. Bellefleur à la mairesse.

Pour la mise de côté de l'inspection indépendante des rails, il croit qu'il y a anguille sous roche, le devis technique indiquant un budget de 100 000 $. « Le prix trois fois trop cher ne donne que 75 000 $. Je crois que la mairesse veut soit gagner du temps, ou bien elle craignait une levée de boucliers après ce que Jacques Vandersleyen a confié au sujet du devis qui était biaisé », a-t-il conclu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer