Le conservateur Charles Poulin croit en ses chances

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Malgré les difficultés qu'éprouve le Parti conservateur du Canada à séduire l'électorat québécois, le candidat Charles Poulin croit pouvoir l'emporter dans la circonscription de Brome-Missisquoi lors du scrutin du 19 septembre prochain.

Charles Poulin... (La Tribune, Jean-François Gagnon) - image 1.0

Agrandir

Charles Poulin

La Tribune, Jean-François Gagnon

M. Poulin est conscient que le Parti conservateur n'a pas enregistré un score très élevé en 2011 dans la circonscription de Brome-Missisquoi. Mais il préfère ne pas regarder derrière.

« Mon équipe et moi, on a le sentiment que ce sera serré dans Brome-Missisquoi, mentionne le candidat conservateur. Il y a une lutte à trois entre moi, Catherine Lusson et Denis Paradis. Le vainqueur pourrait remporter l'élection avec moins de 30 pour cent des voix alors ça ouvre des possibilités. »

Le candidat conservateur admet qu'il n'a pas beaucoup de projets précis à proposer aux électeurs de sa circonscription. « Je ne veux pas réaliser les projets de Charles Poulin, mais ceux de la population », lance-t-il.

Charles Poulin ajoute qu'il « ne souhaite pas juste gérer des passeports et de l'administratif. J'ai l'intention d'aller chercher des subventions et de trouver des stratégies différentes des autres pour réussir à en obtenir. »

Parmi les projets du milieu qui l'interpellent, on trouve celui de la deuxième patinoire à l'aréna de Magog. « J'aimerais dénicher de l'argent au fédéral pour ça », affirme cet ancien joueur de hockey professionnel.

M. Poulin se montre également sensible à la question de la sécurité ferroviaire. « Je suis conscient qu'une voie ferrée traverse le centre-ville de Magog. Je pense qu'il faut valider si les rails à cet endroit sont sécuritaires et agir en conséquence si on s'aperçoit que des problèmes existent. Au besoin, je ne dis pas non à une voie de contournement à Magog », indique-t-il.

Par ailleurs, Charles Poulin sent le besoin de clarifier des choses en ce qui concerne la longévité Stephen Harper à titre de premier ministre du Canada. « Des gens disent que ça fait assez longtemps qu'il est là. Pourtant, quand un couple va bien, on ne se sépare pas simplement parce que ça fait des années qu'on est ensemble », affirme-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer