Inspections ferroviaires: le devis d'appel d'offres contesté

Robert Bellefleur... (Archives La Tribune)

Agrandir

Robert Bellefleur

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) L'expert des questions ferroviaires, Jacques Vandersleyen, conteste le devis préparé par la Ville de Lac-Mégantic, pour demander sur invitation des soumissions à quatre firmes spécialisées pour la préparation de l'inspection indépendante des rails, à Lac-Mégantic. Seulement deux ont finalement répondu à l'appel.

Ce devis, c'est le citoyen engagé pour la sécurité ferroviaire Robert Bellefleur qui en a fait la demande à la Ville, le 17 septembre, évoquant du même coup un recours auprès de l'instance d'accès à l'information. La Ville lui a fait parvenir ce devis dans les 48 heures.

Le citoyen s'est empressé de l'expédier à Jacques Vandersleyen, qui s'est prononcé dans le passé sur le piètre état de la voie ferrée, près du centre-ville de Lac-Mégantic.

« Il me semble qu'il y a des biais assez importants... L'appel est publié le 31 août avec clôture le 16 septembre. Comment se préparer à répondre adéquatement dans un délai si court? La question majeure est laissée à l'appréciation du consultant, soit l'inspection des rails. De qui se moque-t-on? Le budget est limité à 100 000 $, donc il ne faut pas attendre une étude exhaustive sur l'état de la voie et des infrastructures en général », fait ressortir M. Vandersleyen.

« Il faudra être membre en règle du sacro-saint Ordre des ingénieurs du Québec (OIQ), ce qui évite toute compétence hors Québec! On aurait pu aller chercher des Serbes ou des Croates, leurs voies sont mieux entretenues. Des ex-collègues de Belgorail auraient aussi aimé proposer leur expertise », ajoute M. Vandersleyen.

« Cette étude a pour objectif de rassurer la population, ce dont personne n'est dupe. En roulant à 5 km/h, on pourra toujours affirmer que la voie est sécuritaire et ce, même si elle est dans un état lamentable! Cet appel d'offres est biaisé, limitatif et ne répondra pas à la question de fond qui est toujours de savoir si cette voie entre Farnham et Jackman est sécuritaire pour rouler avec des trains de pétrole dans nos désormais célèbres DOT111. Apparemment, le voeu des autorités municipales n'était pas de donner l'heure juste sur le fond. »

« Je ressens de l'inquiétude »

Pour Robert Bellefleur, les propos de Vandersleyen ne le rassurent pas du tout.

« Je ressens de l'inquiétude et je me pose des questions, à savoir sur la validité de l'inspection indépendante qui sera effectuée et la possible contestation par la suite de Transports Canada. J'ai peur que la démarche du conseil ne veuille que rassurer la population et non pas aller au fond des choses quant à la sécurité des rails, que l'exercice ne vaille rien, que ce genre d'inspection de base, avec les résultats qui vont en découler, place la Ville dans une situation de vulnérabilité face à Transports Canada. Car cet organisme pourrait contester la validité de l'inspection incomplète et non approfondie », dit Robert Bellefleur.

« Je me réjouis d'une chose : nous avons réussi, avec l'aide des journalistes, à mettre à l'avant-scène la question de la sécurité ferroviaire dans la campagne électorale fédérale. Seuls le NPD et le Parti Vert promettent de réaliser la voie de contournement de la voie ferrée... »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer