Harper se pose en champion de la sécurité

De passage à Victoriaville, le premier ministre Stephen... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

De passage à Victoriaville, le premier ministre Stephen Harper a profité du 14e anniversaire des attentats du World Trade Center pour garantir qu'il comptait assurer la sécurité des Canadiens en ces temps de turbulence.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(VICTORIAVILLE) Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a profité du 14e anniversaire des attentats du World Trade Center pour annoncer qu'il entendait renouveler le projet Kanishka pour les cinq prochaines années en plus de poursuivre le combat contre l'État islamique.

«Tant et aussi longtemps qu'ils continueront de commettre ces meurtres barbares et sadiques et à s'en vanter. Tant qu'ils menaceront de réserver le même sort aux Canadiens, nous maintiendrons notre appui à la coalition qui lutte contre l'État islamique», annonce-t-il.

De passage à Victoriaville afin d'appuyer son candidat vedette, Alain Rayes, le politicien a indiqué que le Parti conservateur était le seul à pouvoir assurer la sécurité des Canadiens en ces temps de turbulence. En fait, il s'est dit surpris que ses principaux adversaires prônent plutôt le laisser-aller.

«Le NPD a voté contre toutes les mesures de sécurité que nous avons mises en place afin de protéger nos concitoyens. Pour ce qui est du Parti libéral, par rectitude politique, il ne veut même pas appeler l'ennemi par son nom. Nous n'hésitons pas à le nommer et nous allons l'affronter», ajoute M. Harper, précisant qu'on évaluait à environ 25 % le territoire perdu par l'EI depuis le début des frappes.

Selon le premier ministre, l'objectif est de maintenir la pression, notamment par une offensive aérienne soutenue, afin d'éviter que les membres de l'État islamique aient la latitude nécessaire pour organiser des attaques envers les Canadiens.

«Aujourd'hui, la guerre a un nouveau visage, celui du terrorisme. De nombreux complots ont été stoppés au cours des dernières années grâce à la vigilance de nos services de renseignement, mais la menace demeure. À titre de preuve, nous avons qu'à penser à nos soldats canadiens tués, sur notre territoire, au cours des derniers mois», continue-t-il.

Aide humanitaire et soutien aux réfugiés

Parallèlement à l'effort militaire, le chef conservateur a indiqué que son gouvernement comptait accueillir 10 000 réfugiés additionnels par année et qu'il allait poursuivre son effort d'aide humanitaire auprès des victimes d'Irak et de Syrie.

«Dans le contexte actuel, ça prend du leadership et ce n'est pas pour rien que nous sommes toujours considérés comme le meilleur pays au monde. C'est grâce au travail de ceux qui le dirigent et des décisions qu'ils ont prises», estime le ministre conservateur, Denis Lebel.

Rappelons que le projet Kanishka a été créé en 2011 afin de contrer le terrorisme et la radicalisation au Canada par la recherche et l'éducation. Les projets financés visent à identifier les facteurs qui favorisent la résilience communautaire, à aider les jeunes à résister à l'extrémisme et à mieux comprendre les liens entre la conversion religieuse et la violence radicale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer