Elle propose un guide pour vieillir sans souffrir

Miranda Esmonde-White... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Miranda Esmonde-White

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(EASTMAN) La médecine moderne a permis une augmentation impressionnante de l'espérance de vie dans de nombreux pays occidentaux. Cependant, le mot vieillesse rime encore avec maladie chronique et douleur. Jouissant d'une réputation plus qu'enviable, la Montréalaise Miranda Esmonde-White propose justement une méthode simple pour vieillir sans souffrir.

Sur la couverture de la version française de son livre, intitulée Rajeunir un jour à la fois, on promet trois choses aux gens : un « corps de rêve, 10 ans de moins » et l'obtention de résultats en se limitant à 30 minutes d'exercices par jour.

Depuis trois ans, les joueurs des Canadiens de Montréal utilisent eux-mêmes la technique de mise en forme développée par la sexagénaire, qui a été baptisée Essentrics. « Les joueurs en retirent de grands bénéfices », lance-t-elle, en laissant entendre qu'ils sont maintenant plus souples.

Les médaillés olympiques Joannie Rochette et Alexandre Despatie ont également eu recours à la technique Essentrics. « Ça donne aux athlètes une bonne posture, plus de vitesse et une flexibilité améliorée », affirme Miranda Esmonde-White.

La technique Essentrics s'inspire du tai-chi, du ballet, de la physiothérapie et de la chiropractie. « Je propose aux gens des exercices qui comportent des mouvements longs et lents. L'objectif est de faire bouger tous les muscles et toutes les articulations. »

Animant de longue date une émission à l'antenne de PBS aux États-Unis, Mme Esmonde-White prône donc la méthode douce. « L'industrie de la mise en forme amène souvent les gens à se blesser en s'entraînant et les fait travailler trop dur inutilement », estime-t-elle.

À une autre époque, Miranda Esmonde-White a souffert de graves maux de dos. Mais elle a réussi à s'en débarrasser avec l'aide d'un chiropraticien et de sa technique de mise en forme. Elle assure que son dos ne la fait plus souffrir du tout. « Je me suis complètement libérée », lance-t-elle.

La sédentarité

La Montréalaise reconnaît que le mode de vie des Nord-Américains constitue le noeud du problème. La télévision, l'ordinateur, l'automobile et le marché du travail ont tous contribué à sédentariser la population.

« La sédentarité est très mauvaise pour l'être humain. C'est vrai que les gens vivent plus vieux de nos jours, mais plusieurs ont mal à différentes parties du corps quand ils dépassent la cinquantaine. Ça fait en sorte qu'ils ont moins de plaisir en vieillissant. C'est malheureux parce que je pense que toutes les périodes de la vie sont intéressantes. »

Mme Esmonde-White a passé la semaine dernière au Spa Eastman, où des gens d'un peu partout en Amérique du Nord se sont rassemblés pour apprendre sa technique de mise en forme. Elle ne cache pas son amour pour ce réputé centre de soins et de détente.

jean-francois.gagnon@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer