East Angus multiplie les projets

Outre l'usine de carton, East Angus planche sur... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Outre l'usine de carton, East Angus planche sur d'autres dossiers économiques.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(SHERBROOKE) Même s'il n'était nullement inquiet de l'avenir de l'usine de carton plat, le maire d'East Angus, Robert G. Roy, se dit heureux d'apprendre que Québec est prêt à aider financièrement Graphic Packaging dans le développement et la modernisation de ses installations d'East Angus. «Ça prouve que mes nombreux coups de fil et mes interventions auprès du ministre ont porté fruit», se réjouit-il.

En début de semaine, le cabinet du ministre de l'Économie, de l'Innovation et des Exportations, Jacques Daoust, a fait savoir que le gouvernement Couillard était disposé à «accompagner» la multinationale américaine dans son plan de développement en ce qui concerne l'usine centenaire d'East Angus, où travaillent 110 personnes à temps plein. Cette annonce faisait suite à une rencontre tenue mardi entre le ministre et des hauts dirigeants de Graphic Packaging, à la demande du ministre Daoust.

«Depuis le début de mes démarches, le ministre s'est toujours montré ouvert face à la possibilité d'aider Graphic, précise le maire d'East Angus. Il fallait juste savoir quelle forme allait prendre cette aide.» Selon le maire, celle-ci pourrait notamment servir à moderniser l'usine «qui est quand même un peu désuète».

Graphic Packaging Holding Company est une multinationale américaine dont le siège social est situé à Atlanta, en Georgie. Le type de carton quelle produit se retrouve notamment dans l'emballage de produits congelés (pizza, pâtes, etc.). L'an dernier, les revenus nets de GPHC ont chuté à 89,7 M $US après avoir atteint 146 M $US en 2013. Pendant la même période, ses ventes nettes de carton ont diminué à 4,2 milliards $US, comparativement à 4,4 milliards $US un an plus tôt.

Très discrets

Le maire Roy croit que la rencontre entre le ministre Daoust et les hauts dirigeants de GPHC est un signe indéniable du potentiel que représente East Angus aux yeux de la multinationale américaine. Et ce, même si ses dirigeants demeurent très réservés sur le plan des communications, dit-il.

«C'est vrai qu'ils sont très discrets. Ils ne cherchent pas du tout la publicité. Nous, dès qu'on a un investissement de 2 ou 3 millions $, on s'empresse de convoquer la presse et de sortir les caméras. Eux, ils peuvent investir 5 millions $ du jour au lendemain sans jamais en parler à personne», illustre le maire Roy qui dit entretenir des liens constants avec la direction locale de l'usine.

Autres projets

Outre la cartonnerie, le maire d'East Angus dit avoir beaucoup d'autres dossiers économiques sur le feu et qui pourraient voir le jour d'ici peu.

Parmi eux, celui de la relance de l'Aéroport de Sherbrooke fait partie des plus importants, dit-il.

«Cette fois-ci, il ne faut pas manquer notre coup, prévient-il. C'est un must. Si c'était juste de la Ville d'East Angus, on aurait déjà passé les tuyaux pour acheminer l'eau jusqu'à l'aéroport... Mais on veut travailler avec Sherbrooke et les autres municipalités de la MRC», dit-il.

M. Roy cite également l'annonce de 23 M$ faite récemment par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, au sujet du CSSS La Sapinière, ainsi que le projet de développement commercial situé dans l'axe routier 112-253 et qui prévoit notamment la construction d'un restaurant McDonald's.

«Pour une ville qui est supposée être «fantôme», je trouve que ça bouge pas mal...» lance en riant le premier magistrat d'East Angus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer