De la poutine pour tous les goûts

Le comptoir de Poutine centrale, fière prétendante à... (La Tribune, Yanick Poisson)

Agrandir

Le comptoir de Poutine centrale, fière prétendante à la fouchette d'or, ne dérougissait pas, vendredi, au Festival de la poutine de Drummondville.

La Tribune, Yanick Poisson

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Au cours des dernières années, notre mets national qu'est la poutine s'est drôlement raffiné. Tant et si bien qu'on est maintenant rendu à des années-lumière du traditionnel mélange de frites, de fromage et de sauce. On retrouve aujourd'hui une grande variété de recettes et force est d'admettre que le Festival de la poutine de Drummondville offre une belle représentation.

Le roi de la poutine de l'an dernier, Smoking BBQ de Montréal, est de retour pour défendre son titre. En 2014, les visiteurs étaient littéralement tombés amoureux avec les poutines au porc effiloché et aux côtes levées concoctées par l'entreprise de restauration rapide. Smoking BBQ a répété son exploit plus tôt cette année à Ottawa.

Le propriétaire, Gregory Hubert, place une partie de ses succès sur le compte de la qualité des ingrédients utilisés dans la conception de ses mets. Même s'il a servi quelque 4000 poutines en un week-end, l'an dernier à Drummondville, il a tenu à ce que tout soit fait dans les règles de l'art.

«Tout ce qu'on prépare est fait maison, nous préparons nos frites et fumons notre viande ici. La qualité est là et les gens s'en rendent compte», explique-t-il.

M. Hubert n'écarte pas non plus la pertinence de l'accord entre le porc et la poutine pour expliquer la popularité du produit. Il a été l'un des premiers, sinon le premier au Québec, à ajouter du porc effiloché.

«Ça fait plus de 25 ans que les Américains en mangent, mais ça commence tout juste à prendre de l'ampleur au Québec depuis que les grandes chaînes l'ont ajouté à leur menu. Nous faisons ça depuis maintenant trois ans. Quand on a commencé, le principal défi était d'amener les gens à y goûter. Une fois qu'ils y ont goûté, ils en ont redemandé», raconte-t-il.

L'intérêt pour ces deux sortes de poutines provient du sage mélange du caractère salé des frites et du fromage et du goût sucré prononcé du porc et de sa sauce. «Ça fait une bouchée intéressante», estime M. Hubert, qui s'attend à vendre un nombre accru de poutines cette année.

De la compétition

Malgré la notoriété de Smoking BBQ, la compétition s'annonce féroce cette année, car les Trois accords ont multiplié les recherches afin de bonifier l'offre. On retrouve ainsi une poutine raclette, une poutine gruyère d'un restaurateur de Lausanne, en Suisse, une poutine dessert, une poutine gyros et une autre au poulet au beurre offerte par Poutine centrale de Montréal. Il semble que cette dernière soit une fière prétendante à la fourchette d'or.

«La poutine et le poulet au beurre étaient deux mets que j'aimais beaucoup. Lorsqu'on a démarré le restaurant, nous avons fait des tests auprès de 25 personnes et celle-là a beaucoup marché, à ma grande surprise», raconte le propriétaire du resto mobile, Louis Bourgeois.

C'est le bassiste des Trois accords, Pierre-Luc Boisvert, qui a fait la découverte du restaurant au cours des dernières années. Après s'être régalé de la poutine au poulet, il a confirmé au propriétaire qu'il serait de la partie.

«On est vraiment contents d'être ici, on espère gagner, mais on sait qu'on va avoir beaucoup de plaisir», se réjouit M. Bourgeois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer