Quand le soleil dit bonjour au pied de la montagne

Ancien dépôt de grain, la Meunerie prend vie... (La Tribune, Sonia Bolduc)

Agrandir

Ancien dépôt de grain, la Meunerie prend vie le vendredi soir lorsque la bière de microbrasserie coule dans les verres et que les vers d'oreille se faufilent dans les oreilles.

La Tribune, Sonia Bolduc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Adrien) Il s'en trouve pour prétendre que ça a peut-être un lien avec le mont Ham. Un genre d'énergie qui se dégagerait de la montagne, qui se déverserait à ses pieds dans la campagne et les villages des alentours, et pas qu'à Saint-Camille dont on entend parler plus souvent.

Vrai qu'il y a une force tranquille qui émane du mont Ham, de ses flancs où le roc succède à la forêt encore belle, de son cratère tout au sommet où on peut se protéger de la folle vitesse de la vie autour.Vrai que le mont Ham donne envie de ralentir et de vivre.

Idem pour Saint-Adrien. Saint-Ad.

Déjà, le coeur du village tambourinant au sommet d'une colline, à la croisée des routes 216 et 257, il y a encore cette sensation de surplomber la vie un brin, d'avoir sur elle une certaine perspective, une illusion d'emprise peut-être même. Même désertée de ses fidèles et recyclée vers d'autres formes de spiritualité, l'église trône en silver et blanc sur le village. Tout a l'air calme, paisible, presque en hibernation.

C'est un front.

Saint-Ad est peut-être un de ces petits coins tranquilles, assez zen merci où se retirent professionnels et artistes de la grande ville afin de se regrounder. Mais ne soyez pas dupes, l'envie de créer et de fêter ne les a pas quittés. Et ils n'ont pas tardé à s'acoquiner avec quelques gens de la place, de plus en plus nombreuses, qui nourrissaient aussi le désir que ça swigne au coin des rangs de temps en temps.

C'est un local, Frédéric Therrien, qui a ainsi tracé la voie vers le rang 3 puis vers la Meunerie, nouveau point de rencontre des jammeurs et des amateurs de musique du coin. Fred a été le premier à s'installer dans le rang 3, un développement rural sur le flanc du P'tit mont Ham appartenant à un autre natif du coin, Gilles Pellerin. À la suite de Fred «est arrivé plein de monde le fun, des professionnels, des gens de la culture, comme Pilou (un réalisateur-musicien dont nombre d'artistes recherchent la compagnie) et qui ont apporté une énergie nouvelle», raconte le Cowboy Mo qui n'hésite jamais à aller proposer quelques riffs de guitare à la Meunerie.

La Meunerie, c'est le nouveau point de rencontre au village, la suite du Brin de vie qui avait lieu au chalet du mont Ham auparavant. L'ancien dépôt de grain a été renippé en petite salle de spectacle où on accueille quelques beaux noms, mais où on se côtoie aussi localement pour jammer longtemps et se créer des talent shows. Le vendredi, c'est pas mal sacré, on vient prendre une bière, jaser et jazzer un peu, puis on suit l'énergie. À l'étage, on a aussi disposé quelques lits, ça sert d'auberge jeunesse.

Au départ, c'était surtout des néo-villageois qui s'y donnaient rendez-vous. «Mais les locaux louent la place pour des partys privés, ça leur permet de démystifier les lieux et le monde, ils reviennent ensuite, applaudit encore Cowboy Mo. On est sur le chemin de la réunification.»

L'union entre natifs et néos est souvent complexe en milieu rural, ce n'est pas propre à Saint-Adrien. Lorsque Michel Comboy Mo Ouellet est venu installer ses pénates dans une commune du coin il y a 28 ans, les premiers contacts entre les villageois et les hippies débarquant en lot de la ville n'étaient pas nécessairement chaleureux. N'empêche, une fois la commune dissoute, les barbus sont restés, ils se sont acheté des coins de terre, leurs amis sont venus les rejoindre, les amis de leurs amis aussi, les maisons de campagne à l'abandon ont ainsi repris vie, puis lentement mais sûrement, les liens se sont créés.

«Les liens se créent désormais plus rapidement entre les nouveaux et les anciens, et la Meunerie sert de point de rencontre dans une ambiance communautaire», note le Cowboy Mo.

Cette ambiance communautaire permet aussi de lancer au village un lot de petites initiatives de la survie et de la vie. Dans le village et ses alentours, on devrait être 528 autour, et y a là-dedans un bon lot de petites familles, ce qui fait que l'école est encore ouverte, que les garderies débordent, que l'épicerie du coin arrive encore à faire ses frais et que tu peux encore rencontrer quelqu'un de vivant à la caisse populaire (!) le jeudi. On pourrait déjà se contenter de ça, ce serait déjà bien plus que dans bien d'autres villages.

Mais il y a aussi le marché public du samedi, la Meunerie bien sûr, mais le Pèlerin aussi, ce point de départ du chemin de Saint-Rémi, un genre de Compostelle québécois traversant 55 municipalités entre Saint-Adrien et Sainte-Florence en Gaspésie. Le Pèlerin, donc, c'est cet espace que l'on prévoit aménager dans la sacristie pour réunir les marcheurs avant le grand départ, les former, les préparer. Quand Alain Bourgeois, l'agent de développement de Saint-Adrien, en parle, il voit peu de problèmes à l'horizon: des traiteurs ici, la possibilité d'hébergement là, de l'expertise pour ceci et cela...

«Tout le monde est enthousiaste, c'est un projet sain, simple, pas trop cher, qui assure la survie de l'église, et il y a d'autres projets en cours. Et il y a aussi dans le coin des ressources humaines puissantes pour réaliser ces projets, un beau mélange de natifs et de néos. C'est cool, il y a une belle énergie.»

Assez d'énergie pour soulever une montagne. Ou vivre heureux à ses pieds.

Partager

À lire aussi

  • L'affinage d'un village

    Estrie et Régions

    L'affinage d'un village

    On ne tombe pas vraiment sur Sainte-Élizabeth-de-Warwick par hasard. On a forcément décidé d'y aller, de quitter l'inconfort de la route 116, de... »

  • Lingwick, séduction garantie

    Estrie et Régions

    Lingwick, séduction garantie

    Je pourrais vous garder ça pour la fin du texte, comme un petit nanane de conclusion qui te fait dire «ben voyons donc!» Mais en même temps, j'aurais... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer