Pierre-Luc Dusseault lance sa campagne

Dehors, on pouvait déjà apercevoir la couleur orange qui dominait à travers les... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(SHERBROOKE) Dehors, on pouvait déjà apercevoir la couleur orange qui dominait à travers les fenêtres. Pierre-Luc Dusseault avait autour de lui au moins dix fois plus de gens que lors du lancement de sa première campagne il y a de ça quatre ans et demi. Alors qu'il a commencé avec une équipe d'une quinzaine de personnes, dans l'ombre du Boquébière, ils étaient plus de 150, mercredi soir, lors de l'inauguration du local de campagne du jeune candidat néodémocrate.

«On était peu, mais convaincus», s'est-il remémoré, avant de faire le bilan de son dernier mandat. «On a dit de nous que nous étions la meilleure opposition officielle depuis des décennies, c'est Brian Mulroney qui a dit ça, souligne-t-il avant de poursuivre, la meilleure opposition pour tenir tête à un gouvernement aussi opaque, on a prouvé que l'opposition peut agir, on l'a démontré à plusieurs reprises», a poursuivi Pierre-Luc Dusseault.

«Je suis très fier de ce que j'ai accompli, dès le départ j'ai envisagé mon mandat avec une phrase de Jack Layton : laissez jamais personne vous dire que c'est impossible», s'est souvenu le député sortant dans Sherbrooke. «Ce que m'a démontré cette belle épreuve, c'est l'importance de vous donner une voix au parlement. Chaque fois que je me suis levé et pris la parole, j'étais honoré et fier de le faire», a-t-il confié.

Le député a aussi rappelé combien à son avis les conservateurs avaient fait un travail loin d'être à la hauteur, soulignant certains de leurs faux pas et reprochant au gouvernement d'avoir priorisé ses intérêts partisans au bien commun.

Parler de l'avenir

Entouré de cinq autres candidats néodémocrates, M. Dusseault a profité de l'occasion pour lancer officiellement sa campagne. «Elle sera historique par sa durée et aussi parce qu'elle sera celle qui aura coûté le plus cher aux contribuables, mais là, on s'en va vers l'espoir.» Le candidat a insisté : «c'est important que vous disiez quel genre de gouvernement vous voulez».

«Je suis prêt plus que jamais à vous représenter au meilleur de mes capacités. Vous pourrez encore compter sur moi, sur ma détermination au cours des prochaines années. J'ai l'intention de veiller à ce que le développement de l'aéroport puisse se faire rapidement, j'ai hâte de travailler avec mes collègues pour qu'on ait une vraie politique de sécurité ferroviaire», a-t-il affirmé avant que les applaudissements ne retentissent dans les nouveaux locaux du NPD à Sherbrooke.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer