Expropriation à Lac-Mégantic: les propriétaires avisés depuis 2014

La Ville de Lac-Mégantic a amorcé des démarches dans le but d'exproprier... (ARCHIVES LA TRIBUNE)

Agrandir

ARCHIVES LA TRIBUNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Faille
La Tribune

(SHERBROOKE) La Ville de Lac-Mégantic a amorcé des démarches dans le but d'exproprier certains propriétaires de la zone sinistrée au centre-ville, une situation décriée par les résidents concernés.

Dans un article publié dans le Journal de Montréal, le résidant de Lac-Mégantic André Veilleux dénonce que la Ville veuille l'exproprier de sa propriété deux ans après la tragédie. Il indique dans cette entrevue que la mairie n'aurait pas pris le temps d'expliquer ce qu'elle compte faire des terrains et qu'aucune consultation n'a été réalisée avec les propriétaires. Rappelons qu'un programme particulier d'urbanisme a été adopté par le conseil municipal à cet effet le 1er juin 2015.

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche, s'étonne que des citoyens prétendent ne pas avoir été informés et rappelle que plusieurs rencontres d'informations ont eu lieu au cours desquelles les propriétaires concernés étaient invités à communiquer avec la Ville pour connaître la marche à suivre pour la reconstruction de leurs résidences.

« Les propriétaires sont au courant depuis 2014 que pour reconstruire le centre-ville, on devait acquérir leurs terrains », soutient-elle.

Concernant la valeur de ceux-ci, il a été convenu avec le ministère qu'elle correspondrait à l'évaluation municipale datant d'avant le 5 juillet 2013. « Nous ne sommes pas dans un processus de négociations, c'est la même chose pour tout le monde », rappelle la mairesse.

Une promesse non tenue?

Le plan d'aide aux sinistrés, élaboré conjointement avec le ministère de la Sécurité publique, convenait qu'il était préférable pour la Ville de devenir propriétaire de tous les terrains présents dans la zone sinistrée afin d'assurer la décontamination du site dans un premier temps, puis la reconstruction du centre-ville.

M. Veilleux déplore que le gouvernement du Québec avait promis aux sinistrés qu'ils retrouveraient leurs terrains, promesse qui ne pourra être tenue dans son cas puisque la Ville a modifié le zonage de son lot pour en faire un parc commémoratif en l'honneur des victimes de la tragédie.

« Si M. Veilleux veut reconstruire, il peut soumettre son projet au Bureau de la reconstruction et on lui suggérera des terrains », indique à ce sujet Mme Roy Laroche.

Dans l'article, M. Veilleux ajoute qu'il a dû, il y a deux semaines, céder un second terrain lui appartenant pour 90 % de sa valeur municipale. Mme Roy Laroche indique que cette information est fausse et que la confusion provient de l'indemnité provisionnelle déboursée en avance par la Ville pour l'acquisition du terrain par expropriation.

« La Ville paie 100 % du montant de l'évaluation municipale », affirme-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer