Les belles du 20e siècle

La ville de Richmond s'est remplie de monde, et surtout de belles voitures... (IMACOM, MAXIME PICARD)

Agrandir

IMACOM, MAXIME PICARD

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Emanuelle Boutin-Gilbert
La Tribune

(RICHMOND) La ville de Richmond s'est remplie de monde, et surtout de belles voitures vieilles et colorées, à l'occasion de son 11e Festival de l'auto ancienne.

En fin de semaine, près de 500 véhicules ont envahi les trottoirs de la rue principale de Richmond alors que les connaisseurs et les passionnés défilaient devant ces nombreuses machines qui témoignent d'une autre époque.

« On est le seul endroit au Québec à avoir un musée de l'auto ancienne. Au même moment de créer ce musée, on s'est dit : pourquoi ne pas se doter d'un festival aussi? » raconte Martin Lafleur, organisateur de l'événement. « Ça permet aux gens de voir les belles d'antan », dit-il avec enthousiasme.

Marcel Fournier s'est déplacé depuis Saint-Cyrille-de-Wendover pour exposer sa superbe Nash Lafayette, un modèle de l'année 1939. Sa couleur vert olive est celle que la voiture avait à l'origine. « Tout est d'origine », confirme le passionné de voiture. « Elle a eu trois propriétaires avant moi, elle est en parfaite condition », raconte-t-il, en faisant faire le tour de sa voiture et en montrant la radio à lampe, la banquette faite toute de velours, le volant en ivoire et le klaxon bien bruyant, composé de deux trompettes attachées au capot.

« Ma blonde dit que si j'avais soin d'elle comme j'ai soin de ma voiture, elle serait bien choyée », dit M. Fournier en riant. « L'été je la prends quand même souvent, mais ces voitures-là sont plus gourmandes. L'hiver elle est rangée et pendant l'année. Mais à la minute où quelque chose cloche, je vais au garage; la mécanique de base c'est moi qui la fais » explique celui qui possède deux voitures anciennes et trois voitures récentes.

Plus loin, les passants pouvaient observer, ici et là, une Chevelle verte et blanche, une Crestline rouge aux courbes rondes et pulpeuses, puis encore d'autres voitures, toutes plus agréables pour l'oeil les unes des autres. Parmi celles-là, un modèle anniversaire d'une Ford Roadster de 1929.

« Le véhicule a été constitué en 1980 pour le 50e anniversaire du modèle de cette voiture à partir des plans d'origines, en respectant les dimensions de l'époque tout comme ses petits problèmes comme la petite dimension des portes », informe Richard Cantin, le propriétaire de celle qui attirait le regard de bien des amateurs de voitures.

« C'est une combinaison d'entretien régulier qui la garde en bon état. J'en prends soin comme de ma femme », lance à la blague M. Cantin. Plus sérieusement, « il s'agit surtout de nettoyages et de vérifications, pour voir si tout est en ordre et sécuritaire », détaille-t-il.

Ambiance conviviale

L'ambiance très conviviale permet de discuter entre amateurs de véhicules, anciens ou pas. C'est d'ailleurs ces échanges qui font de l'événement ce qu'il est. Ainsi, depuis plus d'une décennie le festival attire une grande diversité de gens pour ses voitures, mais aussi pour bien d'autres choses encore. Les spectacles, la musique et tous les exposants, de pièces de voiture aux vêtements, en passant par la bière et les barbecues ont aussi attiré tous ceux qui avaient envie de se retrouver au coeur de la fête l'espace d'une dernière fin de semaine avant que les vacances ne se terminent.

« C'était une très très belle édition, l'une de nos meilleures », s'est exclamé Martin Lafleur alors que le festival tirait à sa fin. « On a eu du beau temps, l'orchestre était bien, les gens étaient de bonne humeur, on estime même la foule entre 3500 et 4000 personnes », a détaillé l'organisateur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer