Les scarabées japonais pullulent dans la région

Les scarabées japonais causent problème à certains endroits... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Les scarabées japonais causent problème à certains endroits en Estrie. La propriétaire des serres St-Élie, Mélanie Grégoire, montre un piège utilisé pour s'en débarrasser.

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Gabrièle Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) Les scarabées japonais sont de plus en plus nombreux en Estrie. Malgré leurs airs inoffensifs, ils sont très dévastateurs.

Un scarabée japonais... (Photo Wikipédia) - image 1.0

Agrandir

Un scarabée japonais

Photo Wikipédia

La propriétaire des Serres St-Élie, Mélanie Grégoire, explique que ce phénomène est tout nouveau dans les environs. «Nous ne sommes pas habitués d'avoir ça ici, dit-elle. Il y en a beaucoup dans le coin de Montréal et de Trois-Rivières, mais ça ne fait environ que deux ans qu'ils sont présents en Estrie.»

Elle mentionne également que ce sont des insectes qui sont faciles à éliminer, mais puisqu'ils arrivent en grande quantité, l'infestation est souvent majeure lorsque les gens s'en aperçoivent. «C'est épouvantable ce que ces insectes font comme dommages, dit-elle. Ils mangent les feuilles, les fleurs et les fruits des plantes.»

Ces insectes originaires de l'est de l'Asie pondent des oeufs - les vers blancs - à huit ou dix centimètres de profond dans le gazon.

Trois méthodes sont offertes pour s'en débarrasser. La première est celle du piège à phéromones, qui est en fait un sac dégageant une odeur qui les attire. L'autre option est celle de planter des géraniums blancs, puisque s'ils les mangent, ils meurent. La dernière option qui n'est bonne que pour éliminer les vers blancs est celle du pulvérisateur à nématodes. «C'est un insecticide que les gens peuvent mettre à la mi-août. Ils doivent toutefois être vigilants, car certaines municipalités ne l'acceptent pas», nuance-t-elle.

Des pièges efficaces

Une résidente de Sherbrooke, Sylvie Dumas, est aux prises avec ces insectes. L'année dernière, elle avait constaté que quelques scarabées avaient adopté son terrain, mais cette année ils se sont multipliés. Son arbuste s'affaiblit énormément et commence à perdre des branches qui sont mortes... mangées par les insectes.

Toutefois, grâce aux deux pièges à phéromones qu'elle utilise, Mme Dumas a réussi a en éliminer plusieurs.

«Les pièges fonctionnent très bien, explique-t-elle. J'ai eu à le vider à plusieurs reprises et pour le moment, j'ai éliminé plus d'un litre de ces insectes qui mesure environ un centimètre.»

Mme Dumas explique toutefois que c'est très important d'utiliser les pièges de manière appropriée. «Le piège doit se trouver un peu à l'écart et placé dans le sens du vent pour que le parfum se rende aux scarabées, sinon, les gens vont attirer tous les scarabées du voisinage, sans toutefois réussir à les éliminer.»

Puisque la plupart des gens ne sont pas habitués d'utiliser des pesticides par eux-mêmes et ne sont également pas habitués à ces méthodes d'interventions, elle suggère de faire affaire avec les compagnies d'entretiens de gazon, qui eux se chargent des bestioles de manière plus sécuritaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer