Mulcair veut venir en aide aux fermes familiales

Une version inédite de Tom à la ferme a été présentée hier lorsque le chef du... (IMACOM, RENÉ MARQUIS)

Agrandir

IMACOM, RENÉ MARQUIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvan Provencher
La Tribune

(DANVILLE) Une version inédite de Tom à la ferme a été présentée hier lorsque le chef du NPD, Thomas Mulcair, s'est arrêté à Danville pour présenter son plan de soutien agricole, De la ferme à l'assiette, devant venir en aide aux fermes familiales et assurer aux Canadiens un accès à des aliments sains et abordables. Il a visité une ferme laitière et rencontré des agriculteurs d'une région bien représentative de ce que le Québec rural a à offrir.

«Nos agriculteurs travaillent de plus en plus fort, mais leur situation ne s'améliore pas. Au contraire, depuis l'arrivée au pouvoir de Stephen Harper, leurs dettes ont augmenté de 70 % et 30 000 fermes familiales au Canada ont disparu. Le NPD veut faire prospérer le secteur agricole et assurer un accès à des aliments sains et abordables» a mentionné M. Mulcair. Son plan propose de créer un programme de protection des paiements pour les producteurs agricoles, de protéger le système de gestion de l'offre du pays et de soutenir les fermes familiales pour assurer leur subsistance.

Le chef du NPD s'est dit vivement interpellé par le dossier du système de gestion de l'offre dans le marché agricole qui couvre la production laitière, d'oeufs et de volaille au Canada et permet de maintenir un équilibre entre l'offre et la demande en vue de contrôler la fluctuation des prix. «Nous collaborerons également avec les provinces afin de créer de nouvelles opportunités pour nos producteurs et pour ouvrir de nouveaux marchés à l'étranger.» Il se refuse à ce qu'un accord dans le Partenariat transpacifique offrant une porte d'entrée aux vastes marchés asiatiques dans de multiples secteurs, dont la production de bovins et de grains, soit fait sans préserver le système de gestion de l'offre.

«Nos producteurs maraîchers, notamment, n'ont plus de protection quand ils vendent leurs produits aux États-Unis. Ça prendrait une simple harmonisation avec les règles américaines. Le problème est que monsieur Harper a fait défaut de le faire.»

Un plan pour les PME

Interrogé sur le besoin de revitalisation de la région après la disparition de l'industrie de l'amiante, Thomas Mulcair a dit compter sur un plan pour encourager les petites et moyennes entreprises. «Le secteur de la fabrication et de la transformation, un secteur bien présent ici, est d'une importance économique singulière et nous on veut revenir à la création d'emplois. D'ailleurs, 80 % des nouveaux emplois sont créés par les PME. Nous voulons dans un premier temps réduire leurs impôts de 11 à 9 %, donner un crédit d'impôt pour l'innovation et nous voulons un retour plus rapide sur l'investissement, en particulier des équipements, en termes d'amortissement.»

Le chef du NPD était de passage pour appuyer sa candidate dans Richmond-ArthabasKa, Myriam Beaulieu, une résidente de Melbourne, mère de 28 ans, agricultrice et journaliste, détentrice d'un baccalauréat en droit de l'Université de Sherbrooke en plus d'avoir fait des études en agriculture à l'Université Laval, à Québec. Elle affrontera le conservateur Alain Rayes, le maire de Victoriaville, un défi de taille qu'elle entend relever. Le NPD avait fait très bonne figure dans la circonscription lors du dernier scrutin avec 32,5 % des suffrages, le bloquiste André Bellavance l'ayant emporté avec 33,8 % des votes exprimés, résistant de peu à la vague orange.

La candidate compte se porter à la défense du monde agricole et fait sienne la stratégie du NPD. «L'agriculture biologique fait partie de notre stratégie, un secteur qui ne cesse de croître, qui mérite notre attention, le gouvernement doit être en mesure de soutenir cette demande. L'industrie du boeuf trouve écho également dans notre stratégie alimentaire, un dossier préoccupant dans la région d'Asbestos, un secteur que l'actuel gouvernement a laissé tomber», souligne-t-elle.

Myriam Beaulieu a entrepris la tournée des maires et élus des 39 municipalités de la circonscription afin de mieux connaître les préoccupations du milieu et les dossiers d'importance. La diversification économique et le besoin de dynamiser l'économie régionale sont au centre de ces préoccupations portées à son attention.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer