Un train de la CMQ déraille à Farnham

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Un train de la Central Maine and Quebec (CMQ) Railway a déraillé, lundi soir à Farnham, vers 22 h 30, sur une voie d'évitement. Les 15 wagons qui ont quitté la voie étaient vides. On ne rapporte aucun blessé lors de l'incident.

Le Bureau de la sécurité dans les transports (BST) a dépêché un enquêteur hier afin de comprendre les causes du déraillement. Une grue et des pelles mécaniques ont travaillé dès le matin afin de remettre sur les rails les wagons qui penchaient dangereusement vers le sol.

«Je ne suis pas surpris!» C'est par ces mots laconiques que Robert Bellefleur a commenté ce déraillement de la CMQ. Un événement qui lui donne raison, à lui et à ses concitoyens de la rue Baie-des-Sables, près du centre-ville de Lac-Mégantic, qui dénoncent depuis plusieurs mois la piètre qualité de la voie ferrée, près de l'endroit où ils demeurent.

«Selon le site internet de Radio-Canada, le 5 juillet dernier, la MMA a rapporté 13 incidents au Canada et aux États-Unis durant l'année qui a suivi la tragédie à Lac-Mégantic. Dans le paragraphe suivant, le journaliste écrivait que la CMQ, l'année suivante, en comptait 14, selon les données du Bureau de la sécurité dans les transports (BST) et de son équivalent américain, la Federal Railroad Administration (FRA). Les choses n'ont vraiment pas changé. La CMQ a même battu le triste record de la MMA!», continue M. Bellefleur.

«Pourtant ce ne sont que 15 wagons vides qui ont déraillé. Imaginez ce qui serait arrivé si 15 wagons remplis de pétrole, pesant chacun 132 tonnes, avaient déraillé, même s'ils ne se déplaçaient qu'à seulement 10 km à l'heure! J'ai appris qu'un wagon-citerne rempli de pétrole pèse effectivement 264 000 livres, c'est ahurissant!»

Il évoque ensuite le fait que la CMQ installe habituellement des rails de calibre inférieur, sur les voies d'évitement, supportant 90 lb/mètre, alors que les rails réguliers en supportent 115 lb/mètre. «La rupture se trouve facilitée sur ce genre de rails. Le spécialiste Jacques Vanderslayen en avait parlé dernièrement», rappelle-t-il.

Un autre citoyen de la rue Baie-des-Sables, André Blais, a suggéré, à l'assemblée extraordinaire du conseil municipal de Lac-Mégantic, lundi soir, lors de la période de questions, la possibilité que des moyens plus spectaculaires soient nécessaires pour accentuer la pression afin d'obtenir des conditions plus sécuritaires dans le transport par chemin de fer.

«Devrions-nous bloquer la voie ferrée en installant une barricade, comme les Amérindiens le font pour revendiquer leurs droits...? C'est certain que nous allons devoir aller plus loin dans nos requêtes, mettre plus de pression. Il faut vraiment bouger», a-t-il fait valoir, visiblement inquiet de la situation.

Il répondait ainsi à l'évidence que la mairesse Colette Roy Laroche venait juste d'invoquer : «Vos manifestations publiques ont pratiquement plus de pouvoir que nos demandes officielles pour obtenir une meilleure sécurité dans le transport par train!», avait-elle avancé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer