Les dégrêleurs accourent à Coaticook

Alors qu'on s'apprêtait à les voir apparaître seulement dans quelques semaines,... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Alors qu'on s'apprêtait à les voir apparaître seulement dans quelques semaines, les équipes de dégrêleurs se sont littéralement précipitées vers Coaticook, dont Réparation Grêle du Canada, laquelle concentrera ses interventions chez les concessionnaires Dodge et Ford, ainsi que la clientèle desservie par ProColor (Devost Débosselage). Les réparations ont déjà débuté chez Robert Automobiles, mais devraient s'intensifier au fil des semaines avec l'arrivée progressive de techniciens spécialisés en débosselage sans peinture.

Établie en Ontario et en Alberta, Réparation Grêle du Canada offre ses services à travers le Canada, de même qu'aux États-Unis. «Je ne crois pas que les épisodes de grêle soient plus fréquents, mais si Coaticook avait été frappé par la grêle il y a vingt ans, les carrossiers auraient mis un an et demi à réparer les dommages, conclut Bing Wong, directeur général et copropriétaire. C'est là où nous faisons une différence. Ceci étant dit, en Alberta il a grêlé presque tous les jours cette semaine. Seulement pour la journée de mardi, on estime les dommages à des centaines de millions de dollars.»

Selon une estimation mise à jour, le nombre de réclamations pour des véhicules endommagés à Coaticook s'élèverait de 2500 à 3000 pour un coût par véhicule entre 3000 $ et 7000 $, soit un total approximatif de plus de 10 M$. Ce montant ne tient pas compte de tous les autres bris liés aux revêtements extérieurs et objets de toutes sortes laissés à la merci des éléments, ainsi que les pertes de récoltes.

Présentement à Gaspé, S.O.S. Débosselage, débarquera demain à Coaticook pour débuter les estimations à compter de mardi. Sur le terrain, l'entreprise blainvilloise effectuera les réparations directement pour diverses compagnies d'assurance. «Nous allons d'abord évaluer tous les véhicules afin de commencer les réparations d'ici trois semaines environ, précise le propriétaire François Cyr. Chaque véhicule nécessite entre six à une vingtaine d'heures de travail et nos gars travaillent 15 heures par jour, sept jours sur sept.»

Originaire de Beaupré, l'entreprise Les Dégrêleurs sera elle aussi à Coaticook dès la semaine prochaine. «Nous commencerons les estimations mardi et les réparations le lendemain», confirme le président Martin Petitclerc, dont l'équipe se trouve présentement elle aussi à Gaspé.

Les compagnies d'assurance Intact Assurance et belairdirect ont d'ailleurs déjà élu domicile dans les anciens locaux du Canadian Tire. «Notre objectif c'est de permettre aux gens de recevoir tous les services à un seul endroit et, si possible, en une seule visite», explique Alexandre Royer, porte-parole d'Intact Assurance. Du côté de Promutuel Assurance, on se prépare à ouvrir un premier centre de grêle sur le chemin de la Gravière, tandis que Desjardins Assurances devrait accueillir sous peu ses clients sur le site de Fix Auto.

On tient d'ailleurs à mettre en garde les propriétaires sinistrés contre les réparateurs qui s'improvisent dégrêleurs. Pour se faire une idée en quoi consistent les interventions de dégrêlage, S.O.S. Débosselage offre une vidéo en ligne sur YouTube. Des techniques qui exigent beaucoup de patience et d'habileté.

Bien qu'il soit difficile d'estimer le nombre exact de dégrêleurs qui s'amèneront à Coaticook pour les deux à trois prochains mois, ils seront au minimum plus d'une cinquantaine à tenter de se dénicher un toit où dormir entre deux journées de travail de 12 à 15 heures. Si certains sont autonomes et se déplacent de ville en ville avec leur autocaravane, d'autres misent sur l'offre locale. Considérant que Foresta Lumina monopolise une grande partie de l'hébergement disponible en région, les techniciens pourraient connaître certaines difficultés, d'autant plus que l'on tente de préserver les quelques heures libres en limitant le temps de déplacement. Le problème n'est pas encore criant, mais pourrait rapidement l'être lorsque les centres de grêle atteindront leur plein roulement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer