«On est encore loin du bunker de motards chez nous»

Un rassemblement de motards a eu lieu en... (Imacom, Maxime Picard)

Agrandir

Un rassemblement de motards a eu lieu en fin de semaine à Saint-Denis-de-Brompton.

Imacom, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) «S'ils veulent se construire sur notre territoire, ils devront se conformer aux règlements municipaux. On est encore loin de voir apparaître un bunker de motards chez nous.»

Jean-Luc Beauchemin ... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Jean-Luc Beauchemin 

Archives La Tribune

Le maire de la municipalité de Saint-Denis-de-Brompton Jean-Luc Beauchemin ne se formalise pas trop de voir que sa municipalité accueille un groupe de motards sympathisants des Hells Angels.

Rappelons que c'est un groupe proche des Hells Angels, les Devils Ghosts de Sherbrooke, qui serait à l'origine de ce rassemblement qui a eu lieu samedi visant à amasser des fonds pour soutenir le club de motards.

Les Devils Ghosts sont installés dans un local à l'entrée du village sur la route 222. Selon Jean-Luc Beauchemin, le groupe est présent à cet endroit depuis deux ans et aucune plainte n'est venue de la part des citoyens les concernant.

«Un inspecteur municipal s'est rendu sur place l'an dernier. Tout était conforme. C'est un lieu de rassemblement pour le groupe. Ils occupent une partie du bâtiment, dit le maire. Il peut y avoir de la réparation de moto.»

«Depuis qu'ils sont là, nous n'avons rien à dire sur eux. Ils avaient tenu un autre party l'an dernier. Ça avait moins d'ampleur. Disons que ce sont des gens qui ne perturbent pas leur environnement. Ils ne font rien pour se faire haïr.»

Jean-Luc Beauchemin ne prévoit pas que leur présence signifie qu'un jour on verra apparaître un repaire de motards criminels sur son territoire. «Pour le moment, ils sont des locataires», fait-il remarquer lors d'un entretien téléphonique avec La Tribune.

«Ils devront devenir propriétaires d'un terrain. Et ils devront se conformer. Nous avons les règlements municipaux pour éviter ce genre de projet : pas de clôture et de caméras illégales.»

Pour le reste, la Sûreté du Québec fait son travail, ajoute M. le maire. «La SQ fait la surveillance. S'il y a quelque chose d'illégal, nous allons en être avisés», insiste-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer