Un acheteur pour la station Mont Orford

Homme d'affaires passionné et grand sportif, le Magogois Gilles Bélanger est... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean François Gagnon
La Tribune

(MAGOG) Homme d'affaires passionné et grand sportif, le Magogois Gilles Bélanger est prêt à former un groupe d'investisseurs en vue d'acheter la station Mont Orford. Il aimerait cependant que les dirigeants de la Corporation ski et golf Mont-Orford expriment d'abord clairement leur intention de vendre les actifs de la station à court ou moyen terme.

Gilles Bélanger... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Gilles Bélanger

Archives La Tribune

»Je voudrais monter un groupe de personnes possédant différentes expertises reliées au développement d'une station de ski, révèle M. Bélanger. Par contre, avant toute transaction, il faudrait que je sente une volonté plus claire de se départir des actifs de la part de la Corporation.»

L'homme d'affaires ne précise pas avec qui il souhaiterait s'associer pour acheter les équipements du centre de ski et du terrain de golf. Il évoque néanmoins les noms d'André L'Espérance, ancien propriétaire de la station, et de l'ex-député d'Orford, Robert Benoît.

«Peut-être qu'André L'Espérance n'aurait aucun intérêt à investir dans la montagne directement, mais il a beaucoup de terrains autour pouvant être utiles», affirme Gilles Bélanger.

Il ne précise pas dans quel rôle il verrait Robert Benoît. Cela dit, il considère que l'ancien député serait en mesure, grâce à ses compétences et sa connaissance de l'industrie du ski, de contribuer à un projet de relance.

Tout en affirmant avoir entendu plusieurs commentaires positifs concernant M. Bélanger, l'ex-député ne se montre pas particulièrement chaud à l'idée de participer à un tel projet. «Je suis satisfait du travail des administrateurs actuels. Si je voyais des failles, je serais le premier à monter aux barricades», explique-t-il.

Rappelons que ce sont principalement des maires de la MRC de Memphrémagog qui siègent au conseil d'administration de la Corporation ski et golf Mont-Orford, une organisation à but non lucratif.

«La montagne est un peu sur le respirateur. Elle n'est pas à l'abri des coups durs.»


Jacques Demers... (Archives La Tribune) - image 3.0

Agrandir

Jacques Demers

Archives La Tribune

Une stagnation?

Gilles Bélanger reconnaît que la Corporation, depuis sa création en 2011, a réalisé de bons coups et a partiellement réussi à redresser la station. Il considère toutefois qu'il faudra être plus audacieux et inventif pour sauver le centre de ski et le terrain de golf. «La montagne est un peu sur le respirateur. Elle n'est pas à l'abri des coups durs. Ça prend une vision stratégique sur cinq à dix ans.»

Il propose donc de miser sur l'immobilier, à l'extérieur du parc national du Mont-Orford, d'ajouter quelques petits chalets près des pistes et de tabler sur le «ski de montagne» pour favoriser la relance de la station.

Contacté par La Tribune, le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, Jacques Demers, ne ferme pas la porte au projet d'achat de M. Bélanger. «Si quelqu'un nous fait une offre et qu'on pense qu'il est capable d'aller plus loin que nous, on aura de l'intérêt», déclare-t-il.

Mais M. Demers souligne que la Corporation ne recherche pas un acquéreur à l'heure actuelle. «Je pense que cet homme d'affaires nous apporterait une belle contribution, dit-il. Le meilleur moyen pour qu'on puisse explorer les possibilités, ce serait de s'asseoir ensemble.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer