De Lac-Mégantic au Kilimandjaro: à quelques heures de l'ascension

Le groupe de 18 participants en compagnie de... (Photo fournie)

Agrandir

Le groupe de 18 participants en compagnie de leur guide, quelques heures avant leur arrivée à Arusha, en Tanzanie, où ils graviront les 5891 mètres du Kilimandjaro.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) Daniel Drouin rêvait de gravir le Kilimandjaro à l'occasion de ses cinquante ans. Plus d'un an après avoir lancé ce projet, lui et son équipe sont à quelques heures d'amorcer leur périple.

«Tout le monde est très fébrile et émotif», confie M. Drouin depuis Arusha en Tanzanie, au pied de la montagne.

À la base de cette initiative, un rêve, mais aussi une cause, celle des jeunes de Lac-Mégantic, région dont est originaire Daniel Drouin et où sa famille demeure toujours. Grâce à la contribution des 13 autres marcheurs qui l'accompagnent dans ce voyage, ce sont 42 000 $ qui ont été amassés et qui seront remis à deux écoles de Lac-Mégantic. Une part du montant sera aussi convertie en bourses d'études destinées à cinq enfants laissés orphelins par la tragédie de Lac-Mégantic.

«Je visais le décrochage scolaire au départ, mais avec la tragédie j'ai voulu aider tous les jeunes. L'avenir de Lac-Mégantic passe par eux», souligne M. Drouin.

En plus du groupe de 14 grimpeurs, quatre autres personnes se sont ajoutées en cours de route pour gonfler les rangs de la délégation. Ces derniers ont d'ailleurs amassé 20 000 $ pour leur cause, celle des jeunes d'Haïti.

Un long parcours

L'ascension des 5891 mètres les séparant du sommet débutera aujourd'hui vers 1 h, heure du Québec, mais le vrai parcours s'est amorcé bien avant.

«Ils ont commencé de zéro, raconte sa conjointe, Dominique Hébert. Ce sont 14 marcheurs qui pour la plupart ne se connaissaient pas et qui ont été réunis par une cause.»

Chaque participant devait réunir 3000 $ pour se joindre au groupe, sans compter les dépenses liées au voyage et à l'équipement qui ont fait bondir la facture à près de 10 000 $. À coup d'organisations d'événements-bénéfice ou de projets spéciaux, comme la vente de 20 000 cartes de Noël pour M. Drouin, ils sont tous parvenus à atteindre cet objectif préliminaire presque aussi ardu que l'ascension elle-même. Certains grimpeurs ont même affirmé que «le plus dur était fait».

«Ils avaient hâte de partir et d'enfin monter la montagne», assure Mme Hébert.

Leurs efforts seront récompensés le 11 août, vers 6 h, moment où ils atteindront le sommet du Kilimandjaro après six jours de montée.

«Pour gravir cette montagne, ça prend une bonne dose de résilience et de courage, note M. Drouin. Je pense que les gens de Lac-Mégantic en ont eux aussi eu besoin depuis la tragédie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer