Les dégrêleurs attendus à Coaticook

Retenus en Gaspésie suivant un épisode de grêle survenu le 28 juillet dernier,... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Coaticook) Retenus en Gaspésie suivant un épisode de grêle survenu le 28 juillet dernier, les dégrêleurs feront route vers Coaticook dans quelques semaines afin de prêter main-forte aux rares spécialistes locaux.

Retenus en Gaspésie suivant un épisode de grêle... (Imacom, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Propriétaire des Fix Auto de Coaticook, Sherbrooke Est et Sherbrooke Mi-Vallon, Michel Véronneau s'est ramené d'urgence à Coaticook pour de mettre en place des centres de grêle. « Lorsque survient un sinistre de grêle, le carrossier est mis à contribution, mais ce n'est pas lui qui prend en charge les clients, ce sont les assureurs avec les équipes de dégrêleurs, précise M. Véronneau. Avant on voyait davantage ce phénomène dans les villes américaines, mais c'est de plus en plus fréquent au Québec. Par exemple, depuis trois ans à Calgary, à chaque été il y a des milliers d'autos qui sont grêlées. »

« Au Québec on compte à peine une dizaine d'entreprises spécialisées dans le dégrêlage, ainsi que quelques dégrêleurs locaux, mais il y a aussi les chasseurs de grêle, des gars qui se déplacent à travers le Canada, explique Michel Véronneau. Des équipes de dégrêleurs sont présentement en Gaspésie, mais nous devrions les avoir à Coaticook dans deux à trois semaines.  Entre temps, on travaille pour préparer le terrain. L'objectif est de s'organiser rapidement afin qu'on ne mette pas deux ans pour réparer tous les véhicules. Il nous faut donc trouver un local et faire les estimations afin de valider si ce sont des réparations sans peinture ou des réparations conventionnelles qui consistent à changer des panneaux et à les repeindre. À leur arrivée, les gars vont travailler six à sept jours par semaine. C'est un travail intense! »

À l'intention des nombreux sinistrés, M. Véronneau tient à souligner que chaque compagnie d'assurance procède différemment et établit sa propre méthode de travail. « Les assureurs réagissent rapidement afin de prendre en charge le client et régler la situation. L'idéal serait que dans trois mois, tout soit réglé et qu'on en parle plus! »

 

Promutuel ouvrira son centre de grêle

« Notre centre de grêle devrait être opérationnel dès la semaine prochaine, affirme Claude Tremblay, directeur de l'indemnisation chez Promutuel Coaticook-Sherbrooke. Dans un premier temps, des estimateurs évalueront les véhicules afin de procéder au tri entre ce qui se dégrêle et ce qui est acheminé à la carrosserie, ce qui est réparable et ce qui ne l'est pas. Par la suite on assistera à un amalgame d'estimation et de travaux de réparation, car il y a beaucoup de dossiers. Dans notre centre, nous avons prévu trois estimateurs, alors qu'un estimateur peut gérer 30 dossiers par jour pour 10 heures de travail. » M. Tremblay rappelle que tous les carrossiers reconnus sont habiletés à procéder à l'estimation. 

Par ailleurs, considérant que chaque véhicule qui sera dégrêlé nécessitera de deux à trois jours de travail et que le nombre de dégrêleurs est limité, les travaux devraient s'étendre sur trois mois, tels qu'estimés par l'équipe de Promutuel.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer