Météo de juillet: quand on se compare, on se console

Il est vrai qu'il a fallu attendre la fin du mois de juillet pour vraiment... (Imacom, Jessica Garneau)

Agrandir

Imacom, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Il est vrai qu'il a fallu attendre la fin du mois de juillet pour vraiment ressentir la chaleur estivale. Cependant, si quand on se regarde on se désole, quand on se compare on se console : les Estriens n'ont qu'à observer ce que la météo a apporté au reste du Québec le mois passé pour se trouver bien chanceux.

De Québec vers la Gaspésie et la Côte-Nord, les températures ont été nettement plus basses que la normale et les précipitations au-delà de ce à quoi on aurait pu s'attendre, souligne Environnement Canada dans un sommaire climatologique. La Gaspésie et la Côte-Nord ont d'ailleurs respectivement battu des records de plus bas maximums journaliers six et cinq jours consécutifs pendant la première semaine des vacances de la construction. En comparaison, dans la région de Sherbrooke, la température maximale moyenne observée était de 25 degrés Celsius, ce qui correspond exactement à la normale pour juillet.

Côté précipitations, la région de Sherbrooke a été la deuxième à se faire arroser le plus (138 mm), derrière Sept-Îles (144 mm). Cependant, la région n'était pas tellement éloignée de sa normale; elle n'a reçu que 30 mm de plus qu'à l'habitude, alors que Sept-Îles en a reçu 52 mm de plus qu'en temps normal.

Il est à noter que le temps a été particulièrement sec aux Îles-de-la-Madeleine (32 mm) et à Trois-Rivières et Ottawa (55 mm).

L'Estrie épargnée par les orages

Bien qu'on ait entendu le tonnerre gronder à quelques reprises, l'Estrie s'en est mieux tirée que bien d'autres régions en ce qui a trait aux orages.

Le 11 juillet, de violents orages ont forcé l'annulation du spectacle des Foo Fighters au Festival d'été de Québec. Le 22, ce sont 75 mm de pluie qui se sont déversés sur le secteur de Pohénégamook, causant le débordement de plusieurs cours d'eau et des dommages importants dans le coeur de la municipalité.

Le 27 juillet, la foudre a frappé un cycliste à Montréal, déclenché un incendie à Brossard et causé des inondations à Saint-Jean-sur-Richelieu et Saint-Odilon.

Finalement, de la grêle a recouvert le 29 le sol de Gaspé, et celui de Chersey et Saint-Alexis-des-Monts le 30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer