Poste de la SQ dans Memphrémagog : annonce imminente

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) Talonnée par la MRC de Memphrémagog depuis des mois, la Sûreté du Québec fera bientôt part de sa décision concernant le projet de poste de police dans le secteur de Magog. Et différents indices laissent croire que la réponse plaira aux citoyens de cette MRC desservis par la SQ.

Chef du cabinet de la ministre de la Sécurité publique du Québec, Louise Bédard révèle qu'une annonce relative à ce projet de nouveau poste est «imminente». Elle souligne que d'importants efforts ont été déployés, ces derniers mois, pour faire aboutir ce projet.

Déçu par les délais encourus jusqu'à présent dans ce dossier, le député d'Orford, Pierre Reid, croit pour sa part qu'un règlement est à portée de main. «J'ai l'impression que c'est sur le point de se régler», lance-t-il.

Le préfet de la MRC de Memphrémagog, Jacques Demers, confie avoir reçu, au début de la semaine, un appel de la part d'un représentant du gouvernement en lien avec ce dossier.

«Il semble que ça bouge vraiment au gouvernement et dans l'appareil administratif, affirme M. Demers. La personne qui m'a appelé m'a indiqué que les recherches et le travail se poursuivent. Je m'attends à ce qu'on ait une réponse bientôt.»

Rappelons que la MRC de Memphrémagog a signé un contrat de 10 ans avec la SQ en 2007. Ce contrat prévoyait la construction d'un poste de police sur ce territoire, mais cet engagement n'a pas encore été honoré.

Au cours des dernières semaines, les 13 municipalités de la MRC desservies par la SQ ont annoncé qu'elles ne paieront plus les factures que leur acheminera le corps policier. Elles ont pris cette décision afin d'exercer une pression accrue sur la SQ.

«On sait que l'arrêt des paiements par les 13 municipalités est un irritant dans ce dossier, note Jacques Demers. Mais il faut comprendre que, pour nous, le contrat signé en 2007 n'est pas respecté. Cela dit, si on obtient une entente de principe avec des dates pour la construction du poste, la décision d'arrêter les paiements pourra être revue.»

Une location?

Pour donner de la marge de manoeuvre à la SQ, la MRC est prête à se charger elle-même de la construction du futur poste de police. Elle récupérerait ensuite l'argent investi en louant les locaux construits au corps policier.

Jacques Demers souligne que, au besoin, les élus de la MRC seraient en mesure de se prononcer sur un projet soumis par le corps policier dès la prochaine assemblée du conseil des maires, prévue le 19 août. Cette information a été transmise aux autorités concernées.

Malgré qu'on le sente plus optimiste, M. Demers demeure prudent lorsqu'il aborde ce dossier. «On n'a rien de concret sur la table pour le moment», tient-il à préciser.

Ces derniers mois, la SQ a discuté du dossier avec la Société québécoise des infrastructures, qui a notamment pour mandat d'évaluer différents projets d'infrastructure pour le compte du gouvernement du Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer