Tourisme : fini la planification

L'industrie touristique a beaucoup évoluée dans les dernières années. Une des... (IMACOM, Maxime Picard)

Agrandir

IMACOM, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Chloé Cotnoir</p>
Chloé Cotnoir
La Tribune

(SHERBROOKE) L'industrie touristique a beaucoup évoluée dans les dernières années. Une des causes de ces transformations? La technologie.

Armés de leur téléphone intelligent ou de leur iPad, les touristes débarquent avec une idée en tête : payer le moins cher pour le service qu'ils désirent. Et ils ont désormais les outils pour le faire : Trivago, Booking.com, Ovation, Expedia...

«Avec tous ces sites, les prix sont ouverts maintenant. Le client est véritablement devenu le roi. Il peut cibler des hôtels et attendre d'être dans le stationnement pour voir combien de chambres sont toujours disponibles et voir si les prix vont baisser. Certains réservent sur leur iPad, directement de leur voiture stationnée devant l'établissement! Il y a beaucoup plus de dernières minutes» indique Alain Larouche, directeur général chez Tourisme Cantons-de-l'Est.

Cette nouvelle façon de magasiner force les dirigeants d'établissements à changer leur prix constamment, parfois jusqu'à trois fois dans la même journée.

«Il faut toujours s'adapter à l'offre des autres hôtels. Il y a une très forte compétitivité entre les acteurs de cette industrie», soutient M. Larouche.

Ces sites proposent également une autre gamme de forfaits, presque impossible à combattre pour les hôteliers québécois : les destinations soleil.

«Sur la même page web, on vous propose une semaine dans un tout inclus à Cuba ou un forfait dans les Cantons-de-l'Est. Et souvent, il n'y a pas beaucoup de différence dans les prix. La concurrence est maintenant mondiale», explique le directeur général.

Si la côte Est américaine séduisait grandement les Québécois dans les années 1990, les pays sous le soleil tels que Cuba, le Mexique ou la Floride, attirent dorénavant 100 000 Québécois chaque semaine, pendant la saison estivale.

«C'est immense! On ne peut pas battre un tout inclus dans le sud ou encore une croisière. C'est un des problèmes auquel nous devons nous attaquer dans notre modèle d'affaires», admet M. Larouche.

Tourisme Cantons-de-l'Est mise donc sur des escapades ou des courts séjours pour appâter les touristes.

«Il faut structurer notre offre et il faut surtout constamment innover pour réussir à attirer l'attention du monde», indique M. Larouche, en citant en exemple Foresta Lumina qui avait reçu énormément d'attention sur les médias sociaux.

Des circuits de randonnée pédestre personnalisés pour les utilisateurs du site de Tourisme Cantons-de-l'Est, un concours via la page Facebook de l'organisme pour gagner une expérience de vélo gourmand, un lien Booking.com pour les hôtels de la région, visiblement l'industrie touristique compose avec les nouvelles technologies.

«Mais ce qui compte, c'est qu'on s'en tire bien», résume le directeur général.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer