Variétés Delorme & filles : l'anti-dépanneur à Saint-Herménégilde

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Saint-Herménégilde) Où peut-on déguster un bon burger préparé à partir de truite fraîche, des rondelles de cornichons cochons et des frites de patates douces? Dans un dépanneur à Saint-Herménégilde, chez Variétés Delorme & filles, propriété d'Anne-Marie Delorme et Pierre Laliberté.

Un dépanneur qui semble avoir oublié qu'il est un dépanneur, ou mieux, qui a choisi de réinventer le genre en offrant sous un même toit un casse-croûte aux saveurs locales, un mini-bar laitier, des produits maison et du terroir, une gamme complète d'équipements de chasse et pêche, ainsi que des produits de commodités qui nous rappelle au passage qu'on a affaire à un dépanneur.

Originaires de la grande région métropolitaine de Montréal, Anne-Marie et Pierre ont adopté Saint-Herménégilde il y a 15 ans afin d'y élever leur future famille. Pierre est spécialisé en gestion de production et amélioration continue, alors qu'Anne-Marie détient une formation en chimie analytique. « Même si on venait de la ville, on souhaitait que nos enfants grandissent à la campagne, confie Pierre. J'ai obtenu un emploi à Coaticook et nous sommes déménagés. »

Ils acquièrent et entreprennent de rénover le presbytère à Saint-Herménégilde.

La récession de la fin des années 2000 faisant son oeuvre, Pierre et Anne-Marie se retrouvent soudainement à la croisée des chemins avec trois bouches à nourrir.

« On en avait aussi ras le bol de travailler pour d'autres et on souhaitait être enfin maîtres de nos destinées », déclare Pierre.

Un dépanneur en amélioration continue

Sans le savoir, la propriétaire du dépanneur du village était prête à vendre et eux souhaitaient acheter.

Ils ont pris possession de leur première entreprise en juin 2010 avec la volonté ferme d'en vivre en mettant en pratique les grandes philosophies d'amélioration continue appliquées par Pierre en usine.

À l'écoute de leur clientèle, le couple entreprend la métamorphose. Aux sandwichs maison préparés par Anne-Marie s'ajoutent lessmoke-meat, puis la poutine et les hot dogs. Ainsi naît le casse-croûte.

Au fil des mois le menu se bonifie, affichant fièrement les produits locaux, unincontournable pour les nouveaux entrepreneurs. Dans un même élan, le dépanneur accueille un nouveau département, Du bonheur dans l'assiette, une gamme de produits du terroir, incluant le boeuf du Ranch St-Hubert élevé à un kilomètre du dépanneur!

Le dépanneur abrite également un des centres d'enregistrement du gros gibier.

En bons citadins, ni Anne-Marie ni Pierre n'ont jamais vu de près un chevreuil avant d'accueillir les premiers chasseurs. Or, ils sont près de 500 à se présenter avec leur capture. On décide à nouveau de surfer sur la vague en développant une vaste gamme de produits et équipements de chasse et pêche, de même qu'une boutique cadeaux. Cinq ans plus tard, ils sont plus d'un millier à y enregistrer leur chevreuil, original, ours noir et dindon sauvage.

Grâce au casse-croûte et au département de chasse et pêche, la marge de profit a doublé.

« Le dépanneur c'est notre premier bébé, mais il risque d'y en avoir d'autres... », confie Anne-Marie qui rêve d'ouvrir son propre restaurant.

« Être entrepreneur c'est exigeant, mais tu as le privilège de pouvoir aller au bout de tes idées, affirme Pierre. Si un projet fonctionne, tant mieux. Sinon, on passe à autre chose. Il faut être capable d'assumer ses erreurs et de continuer à avancer. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer