Météo: plus chaud et humide, mais pas encore une canicule

La météo de cette semaine devrait contraster avec la précédente, selon Simon... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(SHERBROOKE) La météo de cette semaine devrait contraster avec la précédente, selon Simon Legault, météorologue chez Environnement Canada. «C'est vraiment une autre semaine qui s'en vient», dit-il.

Les températures seront plus élevées et on sentira davantage l'humidité, ce qui devrait nous faire ressentir le temps comme étant plus estival.

Lundi et mardi, on peut s'attendre en fin de journée à des averses avec risques d'orages. Mercredi, il ne devrait pas pleuvoir dans le jour, mais les précipitations seront de retour la nuit ainsi que jeudi. Vendredi et samedi, on prévoit soleil et nuages en alternance.

Même s'il fera plus chaud, on ne peut cependant pas parler de canicule. «Pour avoir une canicule, ça prendrait des nuits plus chaudes et des températures maximales plus élevées que ce qui est prévu. On risque d'avoir chaud surtout parce qu'on n'a pas eu chaud jusqu'à maintenant... Ça va donner une sensation d'été à ceux qui n'en ont pas eu dernièrement», explique M. Legault.

Il ne faut toutefois pas trop se plaindre; la semaine dernière, il a fait une température moyenne de 18,8 degrés, alors que la normale pour ce temps-ci de l'année est de 18,2.

Quatre jours ont toutefois été considérés comme pluvieux, ce qui est considérable.

Le site de Météomédia est toutefois plus pessimiste. En effet, lorsqu'on y regarde les prévisions sur 14 jours (c'est-à-dire jusqu'au 9 août), des gouttes de pluie sont présentes sur chacune des icônes...

Voyages : pas trop de dernière minute

La météo maussade de la semaine dernière n'a pas excédé les Estriens au point de les pousser à acheter des billets d'avion vers des endroits plus chauds à la dernière minute.

«Par contre, plus de clients ont voyagé dans le Sud cette année que par les années passées», remarque Guylaine Jutras, propriétaire de l'Agence de voyages Lennoxville. «Ceux qui ont réservé tôt semblent avoir fait un palmarès des années passées. Ils se disent qu'il n'a pas fait beau les autres étés, donc ils ont pris de l'avance et surveillé les bons prix pendant l'année. On peut dire qu'ils étaient découragés avant le temps!» estime celle qui a remarqué cette semaine que beaucoup réservaient déjà leur voyage dans le sud pour l'hiver.

À l'Agence de voyages Mercedes, on précise que c'est surtout lorsque l'hiver est rude que les Québécois décident de prendre le large. «L'hiver, on n'a pas le choix... l'été, on se dit que peut-être qu'il va faire beau le lendemain après-midi», affirme la propriétaire, Mercedes Becerra. «On a vu cette année que les gens faisaient beaucoup de voyages à l'intérieur du Québec», ajoute-t-elle.

À l'Agence de voyages Lennoxville, on remarque en tout cas que les États-Unis semblent être boudés. «C'est plus les Îles-de-la-Madeleine ou Cuba et compagnie», dit Mme Jutras.

Et de son côté, elle constate des réservations de dernière minute... pour des voyages «intérieurs».

«Par exemple, si on a un tour en autocar qui amène les gens voir la comédie musicale Grease et manger au restaurant, c'est peut-être l'inverse, tu vas attendre qu'il pleuve pour vouloir le faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer