Comme en famille

C'est le sixième été que Steven Barns-Houle, un jeune adulte de 18 ans atteint... (PHOTO IMACOM, RENÉ MARQUIS)

Agrandir

PHOTO IMACOM, RENÉ MARQUIS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabrièle Roy
La Tribune

(MAGOG) C'est le sixième été que Steven Barns-Houle, un jeune adulte de 18 ans atteint d'un trouble du spectre autiste (TSA), passe tout son temps au Camp de jour de Magog pour jeunes ayant des incapacités. « Je considère qu'on est une grande famille et je suis très fier de ça », dit-il.

« Être ici avec des gens comme moi me fait prendre conscience qu'on est tous différents, mais qu'on s'aime tous et qu'on se comprend encore mieux. Être différents ne nous empêche pas d'être dans la société et d'être aimés de plusieurs personnes. »

Ce sont cinq animatrices ayant des formations dans le domaine de l'éducation spécialisée qui s'occupent des 19 jeunes de 12 à 21 ans ayant des handicaps variant d'un TSA à une trisomie 8. « La multi clientèle apporte quelque chose de vraiment unique », explique l'animatrice Guimauve.

« Ils sont tous différents, mais il y a un effet de groupe très important. Par exemple, s'il y en a un qui ne veut pas jouer au soccer, les autres vont aller le chercher en lui disant : S.V.P, viens jouer avec nous», et naturellement, il suit et prend part à l'activité. »

Chaque matin, au centre communautaire de Magog, la journée commence avec une discussion sur certaines thématiques : famille, repas favoris, couleur préférée, activités du week-end, etc.

« J'aime beaucoup le fait que ce soit très familial, donc on essaie toujours de les intégrer dans les discussions pour qu'ils apprennent à mieux se connaître», dit Guimauve.

Par la suite, ils choisissent leurs tâches assignées pour la journée. Une animatrice pige le nom d'un des jeunes qui le collera sur la tâche de son choix. Le brigadier et le danseur de zumba ne tardent pas à être choisis. « Ça les valorise beaucoup d'avoir des tâches à faire et ils prennent ça très à coeur », explique Guimauve.

Malgré ces tâches, ils se sentent toujours libres comme l'air. « La grosse différence entre ici et à l'école c'est qu'à l'école, on doit travailler sur nos besoins, nos forces et nos faiblesses. Ici, on vient pour s'amuser et pour avoir du plaisir avec des amis. À l'école, il y a des travaux qui sont à faire dans un but précis, comme obtenir un diplôme pour avoir un travail plus tard. Ce n'est pas la même chose », dit Steven Barns-Houle, qui a été nommé au gala Méritas de l'école secondaire La Ruche pour sa persévérance scolaire.

Des pas de danse de zumba sur leur chanson favorite, une petite collation, un arrêt à la salle de bain et la journée est partie!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer