Une Magogoise veut en finir avec le cancer

Le mauvais sort s'acharne sur une Magogoise aux prises par le cancer. Josée... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gabriele Roy
La Tribune

(SHERBROOKE) Le mauvais sort s'acharne sur une Magogoise aux prises par le cancer. Josée Maillé a déjà vaincu cette maladie une fois et elle ne lâchera pas prise pour l'anéantir à nouveau, cette fois pour de bon.

Josée Maillé... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Josée Maillé

Photo tirée de Facebook

Son histoire de malchance débute le 8 décembre 2012, lorsqu'elle apprend qu'elle est atteinte du cancer de colorectal. L'urgence de la situation l'amène au bloc opératoire moins de 10 jours plus tard.

L'opération est un succès et aucun traitement complémentaire de chimiothérapie n'est requis. Tout va pour le mieux.

Un an plus tard, le cauchemar revient. Septembre 2013, un cancer du poumon est diagnostiqué chez son mari. Les traitements sont lourds et difficiles, mais le couple tient bon.

En mars 2014, le ciel s'effondre; des métastases ont envahi le foie de la Magogoise. Mari et femme enchainent les chimiothérapies et s'encouragent mutuellement. À bout de force, son mari s'éteint le 16 août 2014 après une lutte de tous les instants.

Malgré une amélioration appréciable de son état de santé, les traitements disponibles au Québec ne permettent pas d'envisager un jour une rémission. Mme Maillée est condamnée à subir des séances de chimio pour le temps qu'il lui reste, et ce, à raison d'une chimio toutes les deux semaines. Elle peut ainsi espérer allonger sa vie de quelques mois, voire de quelques années dans le meilleur des cas. 

En Allemagne

Sa seule solution restante? Un traitement de chimio-embolisation intrahépatique se donnant en Allemagne. Contrairement à la chimio dite traditionnelle, qui envoie la médication par voie intraveineuse dans tout le corps, le traitement dont elle bénéficiera en Europe injectera la médication directement dans l'organe atteint, augmentant l'effet thérapeutique de manière magistrale.

Pratiquée depuis plus de 25 ans, cette technique est utilisée dans plus de 20 pays. Le taux de rémission frôle les 80 %. Plusieurs Québécois ont déjà fait le voyage en ce sens et sont actuellement en rémission.

Ses amis et ses proches ont lancé une campagne de financement pour lui venir en aide. L'objectif financier est de 24 000 $ pour l'ensemble des traitements à recevoir. 

Il est possible de faire parvenir des dons par chèque aux Chevaliers de Colomb, au 95 rue Merry Nord, Magog, Réf. : 2383, Josée Maillé. Les dons en chèques ou en liquide pourront être récoltés à 2 endroits sérieux et sécuritaires, soit chez Yves Grandmaison, au salon de Coiffure Memphré, ou au 4e étage de l'hôpital (UCDG au-dessus de l'urgence) à l'A.I.C.

Pour tout don de 20 $ et plus, un reçu d'impôt pourra être remis par les Chevaliers de Colomb. Votre nom, prénom, adresse et numéro de téléphone vous sera demandé lors du dépôt.

Cette histoire n'es pas sans rappeller celle de l'ancien maire du Canton de Cleveland, Pierre Grandmont, revient d'un voyage en Allemagne, où il a suivi un traitement contre le cancer. Il dit ne plus sentir de douleurs au ventre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer