Petite ruée à la frontière...

L'ambiance des vacances était nettement dans l'air hier au dépanneur Pétro-T de... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(STANSTEAD) L'ambiance des vacances était nettement dans l'air dimanche au dépanneur Pétro-T de Stanstead. Des pères de famille en short et sandales remplissaient les motorisés d'essence, de la musique country émanait des fenêtres ouvertes des voitures, et les enfants faisaient le plein de slush et de chips avant de traverser la frontière.

L'ambiance des vacances était nettement dans l'air dimanche... (Imacom, René Marquis) - image 1.0

Agrandir

Imacom, René Marquis

Avec le début des vacances de la construction vient invariablement la ruée vers les États-Unis. Heureusement, comme nous l'indiquaient les panneaux lumineux à l'approche de la frontière hier, ça ne bouchonnait pas trop aux lignes : on pouvait compter moins de 30 minutes pour passer le poste frontalier.

«Ça dépend toujours des conditions météo et des conditions économiques, mais aujourd'hui, l'achalandage semble similaire aux autres années», disait-on aux douanes.

Le taux de change avantageux pour les Américains ne semblait pas non plus en pousser plus qu'à l'habitude à opter pour un séjour canadien.

File de vacanciers

Même si l'attente n'était pas très longue, une file de véhicules se formait quand même à l'approche des douanes. Malgré les quelques camionneurs - qui, pour leur part, n'étaient pas en vacances! - qui semblaient un brin irrités par la situation, la plupart des vacanciers semblaient zen, attendant leur tour le sourire aux lèvres.

Stéphane Nolet et sa conjointe partaient faire du vélo de montagne pendant quatre jours à Burke, au Vermont, pour la première fois. Ils étaient bien conscients qu'il y aurait probablement un peu d'attente aux douanes. «On s'est dit qu'en venant un dimanche matin, ça ne devrait pas être si pire!» ont lancé les deux amoureux qui étaient en route depuis Terrebonne.

Gino Chartré, sa conjointe et leurs deux enfants avaient pour leur part Jefferson, au New Hampshire, comme premier point sur leur carte de voyage.

«On n'a pas nos vacances en même temps que celles de la construction d'habitude, on n'est pas habitués à ces bouchons», ont-ils mentionné.

Un sac de raisins aidait toutefois à faire patienter la famille originaire de Québec pendant l'attente.

Un couple de retraités semblaient pour leur part habitués à cette situation. «Ça va aller mieux dans quelques minutes!» ont-ils lancé en riant, en essayant d'insérer leur roulotte dans la circulation, entre une voiture familiale et un camion de livraison.

Le prochain gros blitz sera au retour des vacances de la construction, alors que tous reviendront au pays, un beau bronzage en prime.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer