État de la voie ferrée: Lac-Mégantic veut en avoir le coeur net

Lundi, l'expert en transport ferroviaire, Jacques Daniel Vandersleyen... (Photo collaboration spéciale Gilles Thibodeau)

Agrandir

Lundi, l'expert en transport ferroviaire, Jacques Daniel Vandersleyen (à gauche), ait levé un nouveau doute chez les élus de Lac-Mégantic.

Photo collaboration spéciale Gilles Thibodeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) La Ville de Lac-Mégantic va mandater une firme indépendante spécialisée pour inspecter la voie ferrée de la Central Maine and Quebec Railway qui traverse son territoire.

Colette Roy Laroche... (Archives La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Colette Roy Laroche

Archives La Tribune

Le conseil municipal espère ainsi en avoir le coeur net sur l'état de l'infrastructure, après qu'un expert en transport ferroviaire, Jacques Daniel Vandersleyen, ait levé un nouveau doute chez les élus et dans la population lundi.

« Après avoir essayé toute la semaine d'avoir des réponses à nos questions, il nous apparaît que le moyen d'avoir l'heure juste, c'est de mandater une firme spécialisée indépendante pour faire une inspection », a révélé jeudi la mairesse Colette Roy Laroche.

« Comme il s'agit d'installations privées, nous avons aussi informé CMQ et Transports Canada de cette intention de la Ville et nous souhaitons avoir leur collaboration pour pouvoir procéder », ajoute-t-elle.

À sa dernière inspection de mai 2015, Transports Canada avait livré un rapport satisfaisant à la Ville de Lac-Mégantic, « à savoir que la voie ferrée respecte les normes dans les conditions d'opérations actuelles de 10 milles à l'heure », précise la mairesse.

«Ça nous apparaît une démarche essentielle pour que le conseil soit au fait de la situation.»


Or selon M. Vandersleyen, qui s'est rendu à Lac-Mégantic lundi à l'invitation de citoyens inquiets et qui a fait un rapport verbal à Mme Roy Laroche, ce n'est pas le cas. « Selon lui, le rail est dangereux et il est dans un état lamentable. Nous ne pouvons pas laisser aller cette situation sans chercher des moyens de savoir qui dit vrai dans tout ça », explique la mairesse.

« Ça nous apparaît une démarche essentielle pour que le conseil soit au fait de la situation, qu'on ait un troisième avis, et que l'on puisse demander des actions additionnelles à Transports Canada ou à CMQ pour qu'on puisse revenir à un climat plus serein dans la population », renchérit-elle.

Dès la semaine prochaine, malgré les vacances estivales, les fonctionnaires de la Ville vont élaborer le mandat et établir la procédure d'attribution de contrat en fonction des règlements municipaux en vigueur. Le conseil municipal devra ensuite se prononcer par résolution. Cela pourrait donc prendre quelques semaines avant que la firme choisie débarque sur la voie ferrée. Mme Roy Laroche n'était pas en mesure, hier, d'estimer le coût d'une telle inspection.

« Ce que nous avons entendu est vraiment inquiétant. Il faut pousser plus loin. Ça sème des doutes et on ne peut pas rester comme ça », conclut-elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer