L'heure est au rassemblement après les événements du Charlie Hebdo

La fête nationale française ne recèle pas la même signification quelques mois... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) La fête nationale française ne recèle pas la même signification quelques mois après les tragiques événements du Charlie Hebdo.C'était fête nationale deux jours à l'avance hier pour les Français et Françaises de l'Estrie qui se sont réunis au nombre de 85 convives au Cep d'Argent de Magog à l'initiative de l'Union des Français et Françaises des Cantons-de-l'Est (UFCE).

Bouleversée lors de la dernière année, la France ne fêtera pas la date du 14 juillet comme les années précédentes. Les attentats du Charlie Hebdo et les autres qui ont suivi ont secoué l'Hexagone de sorte que pour les Français de partout dans le monde, l'heure est au rassemblement.

« Aujourd'hui, ce n'était rien d'officiel, mais si j'avais eu un discours a prononcé, j'aurais parlé de rassemblement », avance le Consul Honoraire de France en Estrie, François Gitzhofer.

Rien de politique toutefois puisque l'Union vise à servir tous les Français, point à ligne, insiste-t-on. Mais au Cep d'Argent, ils n'étaient pas que des Français, il y avait aussi des amoureux de la France.

« Vous allez dans cette salle et vous constatez que presque la moitié ne sont pas nés en France, beaucoup sont des Québécois francophiles, mais il y a aussi des gens du Liban ou de la Belgique, mentionnait M. Gitzhofer. Ce n'est pas sectaire comme organisation. »

Relancer l'union

Outre l'objectif de fêter la mère patrie, le but de la journée était aussi de relancer l'UFCE, qui depuis quelques années, s'était quelque peu essoufflée.

« Il y avait une base qui était un peu en sommeil et on a décidé de la relancer », explique Michel Mathieux, l'un des organisateurs de la fête.

Dans les prochaines semaines, un nouveau comité dirigeant sera formé avec comme mandat, notamment, d'élargir la communauté française en rejoignant les compatriotes qui ignoreraient l'existence d'une telle organisation.

« En Estrie, il y a 1750 Français inscrits au consulat, là-dessus il faut ajouter environ 850 étudiants français. Je dirais qu'on est entre 3000 ou 4000 ici, mais les gens ne sont pas tous au courant qu'ils peuvent s'inscrire », raconte M. Gitzhofer.

La nouvelle organisation, dont les responsabilités devraient être transférées à Jean-Paul Scieur, le directeur général du Cep d'Argent, visera également à établir une structure plus stable qu'auparavant.

Les Français et Françaises des Cantons-de-l'Est peuvent d'ailleurs prendre connaissance de l'Union en visitant la page Facebook ou en écrivant à l'adresse ufceinfo@gmail.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer