Une pétition pour accroître la sécurité dans le secteur est de Magog

Habitant dans le secteur Est de la ville... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

Habitant dans le secteur Est de la ville de Magog, Maryse Gascon a commencé à recueillir des signatures pour démontrer aux autorités municipales que plusieurs personnes sont préoccupées par la sécurité dans le secteur des rues Nicolas-Viel et Saint-Alphonse. Les citoyens Pascal Robert et Geneviève Favreau, ici accompagnée de ses enfants, Étienne et Rose Lacroix, appuient les démarches entreprises par Mme Gascon.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) L'arrivée de nombreuses nouvelles familles et d'un centre de la petite enfance (CPE) dans le secteur Est de la ville de Magog a fait naître des problèmes de sécurité. Davantage de voitures circulent sur les rues du quartier et des résidants estiment que plusieurs automobilistes ont le pied trop pesant.

Des dizaines de nouvelles maisons et de logements ont été construits, ces dernières années, dans le secteur Est de Magog. Avec ses deux parcs municipaux, son aréna et son école primaire, cette partie de la ville a pratiquement tout pour séduire les familles comptant de jeunes enfants. Certains résidents ont cependant commencé à déchanter.

Résidant dans le quartier, Maryse Gascon a récemment commencé à recueillir des signatures pour sensibiliser la Ville de Magog à la problématique existante. Sa pétition compte déjà plus de 500 noms. Mme Gascon a également entrepris de former un comité de citoyens qui tentera de trouver des solutions et fera pression sur les autorités municipales.

« Nous demandons à la Ville de Magog d'installer des infrastructures afin d'accroître la sécurité piétonnière aux abords de l'école Saint-Pie-X et du parc des Hautes-Sources. L'ajout de trottoirs, panneaux de signalisation et dos d'âne est souhaité, notamment sur la rue Nicolas-Viel », notent les signataires de la pétition.

« La circulation a augmenté depuis l'arrivée du CPE à côté du parc des Hautes-Sources et la construction de plein de nouvelles maisons dans le secteur, souligne Maryse Gascon, qui est mère de jeunes enfants. En plus, il y a des gens qui prennent Nicolas-Viel pour se rendre à Ayer's Cliff. »

Mme Gascon mentionne que la situation s'aggrave en saison hivernale parce que la chaussée de la rue Nicolas-Viel est parfois glissante. « C'est une rue en pente alors la situation est rapidement inquiétante quand il y a de la glace ou de la neige. C'est pour ça, entre autres, qu'on pense qu'un trottoir est nécessaire sur Nicolas-Viel », note-t-elle.

La mère de famille rappelle que Nicolas-Viel constitue une artère importante. « Une série de rues sont reliées à elle. Ça signifie que plus de voitures roulent dessus, ce qui a des conséquences pour le voisinage. »

Un changement

Pascal Robert habite également le secteur. Il effectue le même constat que Maryse Gascon. « Ce n'était pas si mal avant. Mais l'arrivée de la garderie a changé des choses, je trouve. À l'arrivée des enfants au CPE le matin et à leur départ le soir, les gens sont pressés », affirme-t-il.

Lui-même membre du conseil d'administration du CPE concerné, M. Robert a fait part de ses observations aux dirigeants de cette organisation. « On m'a promis que les parents seraient sensibilisés », confie-t-il.

Dans le passé, ce citoyen a interpelé des élus municipaux pour que des améliorations soient apportées. Il a eu droit à une écoute attentive, mais ses quelques interventions n'ont pas porté fruits.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer