Magog: la future caserne évaluée à 4 M$

La caserne principale du service de protection incendie... (La Tribune, Jean-François Gagnon)

Agrandir

La caserne principale du service de protection incendie de la Ville de Magog déménagera dans le secteur de la rue Saint-Luc à moyen terme. La future caserne sera construite à côté du centre des services techniques de la municipalité.

La Tribune, Jean-François Gagnon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Le déménagement de la caserne principale du service de protection incendie de la Ville de Magog coûtera environ quatre millions de dollars, selon une estimation préliminaire. Ce projet vous paraît coûteux? Si oui, sachez qu'il aurait probablement fallu dépenser 25 pour cent plus pour rénover et agrandir les espaces occupés actuellement par les pompiers à l'angle des rues Sherbrooke et Principale.

La mairesse Vicki May Hamm assure que la Ville de Magog est capable d'absorber cette nouvelle dépense à court terme sans trop difficulté. Elle affirme que le projet pourrait se concrétiser à l'intérieur d'un horizon de deux ans.

«Il y a une dizaine d'années, un projet de 2,7 M$ pour rénover l'hôtel de ville et la caserne principale avait été élaboré, mais n'a jamais été réalisé, souligne Mme Hamm. Des choses ont changé depuis ce temps-là - on a par exemple acheté un camion de 1 M$ - et les coûts ont beaucoup augmenté.»

Bien que la Ville possède déjà un vaste bâtiment à cet endroit, la municipalité prévoit construire un nouvel immeuble en bordure de la rue Saint-Luc pour les pompiers.

«C'est sûr que ça nous prendra une nouvelle construction, reconnaît le président de la Commission de la sécurité publique de la Ville, Yvon Lamontagne. On a besoin d'une caserne répondant aux normes d'aujourd'hui dans laquelle notre camion-échelle et tout l'équipement du service incendie vont rentrer.»

Notons que le camion-échelle en question est souvent stationné à Omerville dans un bâtiment appartenant à la municipalité. Lorsqu'il se trouve au coin Principale-Sherbrooke, cet imposant véhicule doit demeurer à l'extérieur, ce qui n'est pas l'idéal considérant sa valeur.

Un quartier résidentiel

La future caserne sera érigée à proximité d'une artère commerciale importante, en l'occurrence la rue Sherbrooke, mais le quartier dans lequel on la retrouvera est néanmoins de type résidentiel. On peut donc se demander si le secteur choisi constitue un endroit approprié pour concrétiser un tel projet.

«D'après les informations qu'on m'a données, on n'aura pas besoin de faire de changement de zonage pour placer une caserne sur la rue Saint-Luc. Les résidents du secteur entendent pas mal de bruit actuellement, mais la situation va s'améliorer avec le départ des travaux publics et de l'écocentre. Le service incendie sera moins bruyant, comparé à ce que les gens ont connu», soutient Yvon Lamontagne.

La présence d'une école primaire, à quelques centaines de mètres de là, ne semble pas davantage gêner M. Lamontagne. «Ça ne sera pas pire que les passages fréquents de camions des travaux publics, une chose dont les résidents de ce secteur ont l'habitude».

Le président de la Commission de la sécurité publique remarque par ailleurs que, grâce au déménagement, les pompiers se rapprocheront de nombreuses maisons du secteur Venise. Dans cette partie de la ville, 170 résidences sont situées à plus de huit kilomètres de la caserne principale. Ce nombre chutera à 40 après le déménagement.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer