Magog: des délais imprévus au CPE l'Enfant Do

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Le CPE Magimo n'est pas le seul centre de la petite enfance dans la région à attendre impatiemment le feu vert de Québec. Comme lui, le CPE l'Enfant Do a été forcé de reporter l'arrivée des enfants à l'intérieur de ses nouveaux locaux à cause de délais imprévus.

Situé à Magog, le CPE l'Enfant Do a été autorisé à ajouter 26 nouvelles places. Des travaux d'agrandissement ont été entrepris, il y a quelques mois, et ont été complétés tout récemment. Les dirigeants du CPE prévoyaient que l'accueil des nouveaux enfants s'effectuerait à très brève échéance, mais ils ont été forcés de reporter l'ouverture au 24 août prochain.

Dimanche, l'Enfant Do a acheminé le certificat de conformité des travaux au ministère de la Famille du Québec. Le CPE attend maintenant la visite d'un représentant du Ministère, lequel dispose de 15 jours pour visiter le centre et d'une période de temps similaire pour analyser le dossier ensuite.

Afin d'éviter d'avoir à reporter l'ouverture de ses nouveaux locaux, L'Enfant Do aurait aimé que le ministère de la Famille soit davantage collaboratif. Mais il s'est heurté aux normes rigides du gouvernement provincial.

« On souhaitait faire en sorte que la visite des lieux s'effectue avant la période des vacances d'été. Ils nous ont toutefois renvoyés aux règles administratives en vigueur », souligne la directrice générale du CPE, Diane Jacques.

Le froid polaire qui a sévi, durant le dernier hiver, et le printemps pluvieux expliqueraient en partie les retards observés à L'Enfant Do. « Le froid et l'humidité ne nous ont pas aidés. Ce printemps, notre dalle de béton a mis beaucoup de temps à sécher », admet Mme Jacques.

Quoi qu'il en soit, la directrice générale assure que le CPE n'a jamais fait de promesse aux parents. « On a toujours dit que les dates d'ouverture étaient prévisionnelles. Mais des parents ont mis fin à des contrats avec des services de garde prématurément et ils se retrouvent mal pris. On essaie de voir comment on peut les dépanner. On sait qu'on ne sera pas en mesure de tous les accommoder. »

Porte-parole du Ministère, Nadia Caron mentionne à ce sujet que Québec invite les dirigeants de CPE à se montrer « très prudents » lorsqu'ils transmettent des dates d'ouverture aux parents. « On leur précise qu'il y a des délais à considérer », note-t-elle.

Chez Magimo

Pendant ce temps, au CPE Magimo, on souhaite obtenir l'autorisation du ministère de la Famille à très brève échéance. Québec a visité la nouvelle installation de Magimo le 25 juin et étudie actuellement son dossier.

« On se croise les doigts en ce moment, confie la directrice générale du CPE Magimo, Louise Véronneau. On sait qu'il pourrait nous demander des corrections, mais on avait embauché un architecte alors on s'attend à ce que ça se passe bien. »

Mme Véronneau déplore par ailleurs l'impact de certains délais bureaucratiques. « Notre projet se concrétise grâce à des espaces en location. On a donc des frais, à l'heure actuelle, liés à la location sans avoir les revenus prévus. C'est difficile d'avoir à composer avec les règles du Ministère dans ce contexte », fait-elle valoir.

jean-francois.gagnon@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer