Lac-Mégantic: une minute de silence pour souligner le 2e anniversaire

Les cloches d'une église de Lac-Mégantic, devenue le point de ralliement après... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Imacom, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Lac-Mégantic

Les cloches d'une église de Lac-Mégantic, devenue le point de ralliement après le déraillement mortel survenu il y a deux ans jour pour jour, ont sonné 47 fois lundi, un coup pour chacune des victimes du drame.

Philippe Couillard... (Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Philippe Couillard

Archives La Presse

Le 6 juillet 2013, un train de 72 wagons transportant du pétrole brut a dévalé la pente du petit village de l'Estrie et a déraillé, causant des explosions qui ont enflammé et détruit son centre-ville, faisant maintes victimes sur son passage.

Les citoyens étaient invités lundi à se rassembler sur le parvis de l'église Sainte-Agnès - qui a été peu après la tragédie inaccessible à la population, vu sa proximité au centre-ville ravagé - pour prendre un temps d'arrêt afin de se recueillir et se souvenir.

Deux ans plus tard, les politiciens ont souligné la résilience des habitants de la petite municipalité et promis de continuer à les aider.

Le premier ministre Philippe Couillard a tenu à rappeler que les Québécois avaient un devoir de mémoire après pareil drame. Dans un communiqué, il a réaffirmé le soutien du gouvernement québécois à la ville de Lac-Mégantic pour chacune des étapes qui restent à venir vers sa reconstruction et sa relance. Le travail acharné de la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, surnommée depuis «la dame de granit», a été souligné par M. Couillard.

Stephen Harper... (Archives La Presse) - image 2.0

Agrandir

Stephen Harper

Archives La Presse

De son côté, le premier ministre Stephen Harper promet non seulement son aide à Lac-Mégantic, mais fait valoir que les responsables devront rendre des comptes et faire face aux conséquences de leurs actes. Il a rappelé qu'en juin dernier, des accusations avaient été déposées en vertu de la Loi sur la sécurité ferroviaire et de la Loi sur les pêches.

Ces accusations s'ajoutaient à celles déjà portées en vertu du Code criminel: trois employés de la MMA et l'entreprise elle-même avaient déjà été accusés en 2014 de 47 chefs de négligence criminelle ayant causé la mort, soit un pour chacune des victimes. Thomas Harding, Richard Labrie et Jean Demaître ont plaidé non coupable. Leur éventuelle condamnation pourrait entraîner une peine d'emprisonnement à vie. Leur procès doit débuter en septembre.

«Il faut des gens ayant une force extraordinaire pour surmonter un tel désastre et j'ai eu le privilège d'être directement témoin, lors de mes visites à Lac-Mégantic, de la résilience, de la fierté et du courage remarquables des membres de cette communauté», a déclaré M. Harper dans un communiqué.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a rappelé que la sécurité du transport par train relevait du fédéral et qu'il lui avait maintes fois demandé d'améliorer le réseau et le nombre d'inspections.

Mais le fédéral demeure inefficace, tranche de son côté le Parti libéral du Canada. Il le juge «inactif face aux multiples failles de sécurité toujours présentes dans le secteur ferroviaire».

Québec solidaire est aussi de cet avis, tout comme le Bloc québécois.

Le NPD a rappelé qu'il s'engageait à construire une voie de contournement à Lac-Mégantic, «qui a déjà payé assez cher en vies humaines».

La Ville de Lac-Mégantic a mis son drapeau en berne pour marquer symboliquement les deux ans de la tragédie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer