Exclusif

Sarah-Eve : l'opération est un succès

Les proches de Sarah-Eve Fontaine étaient inondés de... (Photo fournie)

Agrandir

Les proches de Sarah-Eve Fontaine étaient inondés de joie samedi lorsqu'elle est partie pour Montréal recevoir sa greffe de poumons.

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Sherbrooke) Quelques heures à peine après avoir reçu sa greffe de poumons, Sarah-Eve Fontaine respirait par elle-même, et était même capable de parler. L'opération qui s'est déroulée dans la nuit de samedi à dimanche a été un succès, au grand soulagement de tous.

«La chirurgie n'a pris que quatre heures, on s'attendait plus à cinq, six ou sept heures... Ça s'est très bien passé», relatait dimanche après-midi Annie Lussier, la mère de la jeune Windsoroise de 20 ans.

Depuis 11h samedi matin, moment auquel la famille a été avisée que des poumons étaient disponibles pour Sarah-Eve, toute la tribu est allée «de soulagement en soulagement».

« Sarah-Eve répond super bien à la greffe. Présentement, elle reçoit beaucoup d'antidouleurs et elle dort, c'est quand même une chirurgie majeure. Mais elle fait très bien ça, elle communique avec nous avec une voix un peu éraillée à cause de l'intubation qu'elle a eue, mais elle communique super bien avec son infirmier», poursuivait Annie Lussier.

Sarah-Eve restera environ trois semaines encore à l'hôpital Notre-Dame à Montréal, où elle a été opérée. Après, elle poursuivra sa convalescence à la Maison des Greffés Lina Cyr.

«Le chirurgien est repassé la voir et il est satisfait. Elle tousse, ce qui est une bonne chose, et elle a déjà commencé dans ses moments d'éveil à faire un peu de physiothérapie respiratoire avec un petit appareil. Les poumons doivent prendre leur place, on doit leur laisser du temps, mais aussi mettre certaines choses en branle», souligne Mme Lussier.

À travers toutes ces péripéties, voilà maintenant deux jours et demi que la mère de famille n'a pas fermé l'oeil.

Mais Sarah-Eve venait de passer une semaine aux soins intensifs, branchée sur un respirateur artificiel en tout temps. De la voir respirer par elle-même, désintubée, seulement 24 heures après avoir reçu un coup de téléphone tant espéré; voilà qui insuffle une joie qui supplante de façon écrasante le besoin de sommeil.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer