Mégantic : hâte de «redevenir heureux»

Yannick Gagné, propriétaire du Musi-Café... (La Tribune, Ronald Martel)

Agrandir

Yannick Gagné, propriétaire du Musi-Café

La Tribune, Ronald Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Ronald Martel</p>
Ronald Martel
La Tribune

(LAC-MÉGANTIC) Yannick Gagné, propriétaire du Musi-Café, aimerait revenir en arrière. « Je retournerais à l'ancien centre-ville demain matin, comme si rien n'était arrivé... Même si j'aime beaucoup ce qu'on a réussi à faire ici, au nouveau Musi-Café... C'est beau, on est bien situé, c'est aéré, éclairé, sécuritaire... Mais il y a un prix à payer pour ça! » lance-t-il, une pointe d'émotion dans la voix.

Quand le train fou a dévalé la pente sans conducteur le 6 juillet 2013 pour aller terminer sa course folle contre des édifices du centre-ville de Lac-Mégantic en début de nuit, le Musi-Café, un bar ambiance se trouvant parmi les premiers édifices de la rue Frontenac, a été parmi les premiers édifices touchés par l'explosion des wagons remplis de pétrole... Certains ont avancé que 200 personnes remplissaient l'endroit par cette belle soirée d'été. La boule de feu qui a fusé ne leur a laissé que très peu de temps pour s'enfuir. Plusieurs des personnes présentes ont péri. En un instant, le Musi-Café était parti en fumée...

Rapidement, les Méganticois ont voulu que le Musi-Café renaisse, comme s'il était devenu un symbole de la force la vie malgré la tragédie.

Deux ans plus tard, Yanick Gagné ne réagit pas trop quand on lui dit que la Ville et la paroisse ont décidé de ne pas faire de commémoration du deuxième anniversaire de la tragédie. « C'est correct », laisse-t-il simplement tomber, comme désabusé. Il en a assez subi les conséquences, on lui en a déjà trop parlé.

On sent la tristesse dans ses propos. « On a hâte que les années passent pour redevenir heureux, pour avoir reconstruit et qu'on arrête d'en parler. On ne peut oublier le passé ni l'histoire, car on est dedans tout le temps. Si c'était arrivé à Montréal, c'est tellement grand, tu changes de quartier et c'est fini. Ici, c'est un petit village, c'est épuisant, on l'a toujours dans la face. »

Quelle est alors l'ambiance au Musi-Café, jour après jour? « Nous avons eu beaucoup de pression. Les gens s'attendaient à beaucoup de notre part. On s'est rendus malades à décorer, à donner le plus de cachet possible, à essayer de recréer l'ancien Musi-Café. La critique a été très dure. Plus de six mois après l'ouverture et après beaucoup d'investissement, on sent que les gens qui viennent, les résidents comme les touristes, apprécient et s'y plaisent de plus en plus. Ils reviennent et nous disent qu'ils trouvent le Musi-Café extrêmement beau. Les gens de Lac-Mégantic démontrent un peu plus d'appartenance », décrit Yannick Gagné.

On sent bien que Yannick Gagné aime et apprécie son nouveau Musi-Café, mais... ce n'est pas non plus comme l'ancien, comme celui d'avant, comme celui où il mettait tout son coeur avant que ses employés, ses musiciens et ses clients y perdent la vie brutalement.

Le propriétaire semble soucieux, préoccupé par la rentabilité de son commerce. Il a atteint un point de non-retour après un investissement considérable.

« Ça va faire un an en décembre que nous avons rouvert, et ça va de mieux en mieux. La terrasse avec les palmiers, ça va aider, la chaleur, l'été... C'est plus éclairé ici, c'est le fun avec la verdure. Il faut dire que c'était un peu plus sombre à l'ancien Musi-Café, mais, en même temps, c'était peut-être un peu plus chaleureux. Quand même, j'aime beaucoup ce nouvel endroit. L'hiver, on voit le pont, les gens s'habituent, ça paraît plus grand à cause de la hauteur du plafond, c'est la même grandeur en surface. On n'a pas ici le cachet de la vieille bâtisse. Mais c'est plus facile de travailler et de servir plus de monde », se réjouit-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer