Weavexx: «L'usine de Warwick n'était pas une priorité» pour Xerium

Simon Bussières... (Archives La Tribune)

Agrandir

Simon Bussières

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(Warwick) La CSD savait depuis un moment déjà que le climat de travail qui régnait au sein de l'usine de Weavexx de Warwick laissait à désirer et que la productivité n'était pas à son meilleur.

Le syndicat a tenté d'intervenir, mais les dirigeants de Xerium ont fait la sourde oreille.

« Nous sommes intervenus dans le dossier en 2012. Nous avons alors suggéré de mettre en place un comité qui aurait pour objectif de revoir la structure en place et de corriger le climat de travail. Ils (les dirigeants de Xerium) ont refusé notre proposition. Nous avons alors compris que l'usine de Warwick n'était pas une priorité pour eux », raconte le représentant syndical, Simon Bussières.

C'est le congédiement d'une ressource syndicale qui travaillait chez Weavexx qui a mis la puce à l'oreille de la CSD. On souhaitait un règlement hors cours qui n'est jamais venu. Le Tribunal a finalement donné raison au travailleur qui a été réintégré dans ses fonctions. Xerium a eu beaucoup de difficultés à digérer la situation.

« À partir de ce moment, ils se sont mis à fermer des machines et en sortir d'autres afin de les envoyer dans d'autres usines du groupe. On tentait de discuter, mais ils nous envoyaient paître », affirme M. Bussières.

 

Des conditions exagérées?

Au moment de motiver sa décision de fermer l'usine warwickoise, le président de Xerium, Harold Bevis, a avancé que les conditions de travail avantageuses des 120 employés de Weavexx rendaient l'usine peu rentable par rapport à d'autres unités du groupe et à la compétition.

À ce sujet, le syndicat s'était dit prêt à faire des concessions, si la situation le commandait.

« La convention était échue et nous avions une ronde de négociations de prévue pour septembre. Nous étions ouverts à la discussion et s'il y avait une réelle problématique de compétitivité, nous voulions faire preuve de flexibilité », explique le représentant.

Le salaire moyen des travailleurs de Weavexx était de 22 $ l'heure.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer