Magog et la C.S. des Sommets collaboreront davantage

La Ville de Magog s'efforcera d'informer davantage la Commission scolaire des... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) La Ville de Magog s'efforcera d'informer davantage la Commission scolaire des Sommets (CSS) concernant les projets de développement immobilier en cours sur son territoire afin d'aider cette organisation à mieux planifier ses activités en sol magogois.

Tel qu'elle l'avait annoncé à La Tribune récemment, la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, a demandé un entretien avec le grand patron de la CSS. Mme Hamm et la conseillère municipale Nathalie Bélanger ont pu rencontrer le directeur général de la commission scolaire, Christian Provencher, mardi matin.

« Ça a été très positif, assure la mairesse de Magog. On a pu partager nos préoccupations lors de cette rencontre. Et j'ai réalisé, en échangeant avec M. Provencher, que notre ville et la commission scolaire ne se parlaient pas assez. La commission ne connaît pas nos projets de développement et ce n'est pas l'idéal. »

Mme Hamm a jugé utile d'organiser cette rencontre après avoir appris que l'école primaire Saint-Pie-X sera bientôt bondée. Pour la Ville de Magog, cette nouvelle est plutôt décevante puisqu'elle a autorisé la réalisation d'un projet immobilier majeur, ciblant notamment les familles avec de jeunes enfants, à proximité du petit établissement scolaire.

À ce sujet, rappelons que Christian Provencher lui-même a révélé, il y a quelques semaines, que les contours de la zone desservie par Saint-Pie-X seront probablement modifiés, l'an prochain, en raison de la croissance de la clientèle à l'intérieur de ce bassin d'alimentation. Cela signifie que des élèves risquent de devoir quitter cet établissement pour en fréquenter un autre.

« Mardi, on a demandé à la commission scolaire d'être impliqué dans le processus de redécoupage des bassins d'alimentation des écoles primaires. On trouve important de participer à ça » , souligne Vicki May Hamm.

«J'ai réalisé, en échangeant avec M. Provencher, que notre ville et la commission scolaire ne se parlaient pas assez. La commission ne connaît pas nos projets de développement et ce n'est pas l'idéal.»

- Vicki May Hamm

Heureuse de savoir que la population de sa municipalité est en croissance, Vicki May Hamm préférerait vraisemblablement qu'on évite le transfert d'élèves vers d'autres établissements.

« On prône de plus en plus les services de proximité de nos jours. Ça va donc à contrecourant d'envoyer les jeunes ailleurs qu'à l'école de leur quartier. Mais je comprends aussi les contraintes de la commission scolaire. »

La mairesse note que, si cela devenait nécessaire, Magog serait prête à « faire pression » sur le ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du Québec dans le but que la CSS ait les moyens de répondre plus adéquatement aux besoins des familles magogoises.

Conseillère en communications à la CSS, Hélène Normandin affirme également que la rencontre entre les deux élues et M. Provencher s'est bien déroulée. « Ça été une bonne rencontre », note-t-elle.

« La Ville de Magog et la commission scolaire veulent s'assurer qu'il existe une bonne cohésion entre elles, explique Mme Normandin. Pour nous, ce sera plus facile de prévoir si on est au courant de ce qui se passe au plan immobilier sur le territoire de la ville. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer