Fini les bacs sur les chemins privés à Dudswell

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

<p>Christine Bureau</p>

(Dudswell) Terminé le service aux portes : les Dudswellois qui résident sur des chemins privés devront dès septembre aller porter leurs ordures dans des conteneurs. C'est du moins ce vers quoi s'enligne la Ville, qui s'apprête à signer une entente avec la Régie intermunicipale sanitaire des Hameaux, située à Asbestos.

« C'est simple, il n'y a pas d'assurance qui va couvrir un camion à déchets qui va aller sur les chemins privés. Les seuls chemins privés où le camion peut aller, c'est si le camion est conforme à ça et s'il y a une aire de virée », confirme le maire, Jean-Pierre Briand. Cette nouvelle directive concernerait 90 % des chemins privés.

La Ville faisait auparavant affaires avec un fournisseur qui utilisait une camionnette. Elle se prépare maintenant à signer un contrat de dix ans avec la Régie intermunicipale d'Asbestos, dont le coût d'adhésion est de 75 000 $. Difficile toutefois de dire combien d'économies cela générera.

« Côté coûts, je pense que c'est environ 7 ou 8 $ de moins la porte, mais ce n'est pas sur l'économie seulement qu'on est allé. On est allé pour avoir un service avec un camion automatisé pour ramasser les déchets », fait remarquer le maire, ajoutant que dans le cas d'une Régie, la Ville n'a pas besoin d'aller en appel d'offres.

Les citoyens concernés continueront de payer leurs 150 $ de taxes pour la collecte des déchets. « Vous savez, quand on va s'installer sur un chemin privé, on s'entend que ce n'est pas les mêmes services. Regardez, les chemins privés ne sont pas ouverts l'hiver. Ce sont les citoyens qui les ouvrent et ils paient des taxes. Les déchets, c'est pareil », illustre-t-il.

Une pétition en cours

Un résidant du lac Miroir mis au courant de ce nouveau contrat par hasard voit les choses autrement. Il a lancé une pétition, qui a recueilli la semaine dernière 70 signatures. « Aucune personne n'est venue vérifier les chemins. Ils nous condamnent sans savoir si c'est carrossable », déplore-t-il. Il ajoute qu'il y a déjà des conteneurs autour du lac et que « les gens viennent déposer n'importe quoi ». Ce nouveau contrat ne fera qu'aggraver la situation, selon lui. « Les bacs, ça vient juste de rentrer dans l'éducation des gens. Pourquoi vouloir tout défaire? » demande-t-il.

Le maire croit au contraire que les gens de Dudswell sont assez sensibilisés pour bien faire le tri, même pour un conteneur. Quant aux chemins privés, pas besoin de faire un relevé de leur état, selon lui. « Les chemins privés sont ça depuis toujours », souligne-t-il.

Il nie également avoir entendu parler d'une pétition, même si son initiateur, Gérard Beaudoin, affirme l'avoir déposée dans son casier jeudi devant témoin ainsi que dans tous les casiers des conseillers municipaux. « Je n'ai pas vu ça. S'il y en a qui ont fait des pétitions, il faudrait qu'ils viennent me voir », affirme-t-il.

Mais de toute façon, le projet ira selon lui de l'avant « Ça va se signer la semaine prochaine. Le camion est arrivé, le camion est prêt, tout est prêt. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer