Louis Morissette «bien content d'être là»

Louis Morissette sera sur scène, demain soir au parc Woodyatt, afin d'animer... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Louis Morissette sera sur scène, dimanche soir au parc Woodyatt, afin d'animer Drummondville : le show, le spectacle qui fera officiellement passer la Ville de sa 200e à sa 201e année.

Même s'il a un été fort chargé, l'humoriste et comédien ne s'est pas fait tirer l'oreille bien longtemps avant d'accepter le mandat. Il partagera la scène avec d'autres Drummondvillois d'origine, dont les Trois accords, Daniel Lemire, Grégory Charles et Renée Martel, pour ne nommer que ceux-là.

«J'ai donné 12 spectacles avec les Morissette, dont six en Abitibi, j'ai participé au gala Comédiha!, je prépare cinq projets télés et c'est la fin de l'année scolaire des enfants. Quand j'ai annoncé à ma blonde que j'avais aussi accepté de faire ce spectacle, elle m'a répondu : t'as dit oui?, un peu inquiète. En même temps, ce n'était pas envisageable de ne pas y être. Je suis bien content d'être là», explique-t-il.

Pour avoir l'occasion de répéter le spectacle quelques fois - mais pas autant qu'il l'aurait voulu - l'ancien Mec comique estime que les Drummondvillois pourront s'attendre à une présentation comparable à un gala Juste pour rire. Selon ce qu'il a été permis d'apprendre, Renée Martel et les Trois accords partageront la scène et Stéphanie Bédard interprétera La Manic du défunt Georges Dor, lui aussi originaire de Drummondville. Louis Morissette épatera lui aussi la galerie, il a notamment accepté de danser avec Mackinaw.

«Ce sera assez particulier, je refuse toujours de danser d'habitude et là je vais le faire avec des gens qui ont beaucoup de talent. Je vais avoir l'air encore plus poche», rigole-t-il.

L'animateur s'attend à toute une présentation, d'autant plus que les artistes semblent enjoués à l'idée de renouer avec leur ville et de célébrer le 200e anniversaire. Aux spectacles musicaux s'ajouteront plusieurs numéros inédits et bien des clins d'oeil à l'histoire de la région.

Un élément de fierté

Louis Morissette ne manque pas une occasion de dire qu'il est originaire de Drummondville et surveille attentivement ce qui s'y passe. Ses parents y demeurent toujours et il y compte encore plusieurs amis. Il s'est dit à la fois fier et encouragé de constater le développement constant de son ancien patelin.

«C'est une ville jeune et dynamique qui connaît un essor grâce à sa situation géographique près des autoroutes. J'ai notamment été impressionné par le nouveau parc Woodyatt, on n'est plus au temps du premier parc où j'ai frenché pour la première fois», a-t-il ajouté.

Concernant un éventuel retour au Centre-du-Québec pour y terminer sa carrière, l'artiste a blagué en disant qu'il allait faire comme les autres personnalités de TVA et se présenter en politique dans Drummond, faisant ainsi allusion à l'annonce récente de Pascale Déry. «Sérieusement, je serais très mauvais, mais divertissant. Je serais le meilleur pour montrer comment se mettre dans le trouble au quart de tour», a-t-il précisé.

Le Mirage

Après cette escale à Drummondville, Louis Morissette entamera la tournée de promotion de son premier long-métrage intitulé Le Mirage. S'il a joué dans d'autres films, c'est la toute première fois qu'il lancera une oeuvre qu'il a écrite et coproduite. Il y tiendra également un rôle, en compagnie de Patrice Robitaille et Julie Perreault, pour ne nommer que ceux-là.

La sortie en salle de cette production est prévue pour le 5 août. L'équipe de promotion passera par Sherbrooke à la fin juillet.

ypoisson@latribune.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer