Signé Orford veut relancer ses activités

Signé Orford n'abandonne pas la partie : l'organisme espère en effet trouver, à... (Photo site web Signé Orford)

Agrandir

Photo site web Signé Orford

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(ORFORD) Signé Orford n'abandonne pas la partie : l'organisme espère en effet trouver, à court terme, de nouveaux locaux à Orford pour continuer à vendre les oeuvres de ses artistes et artisans.

«On continue nos activités, assure la présidente de Signé Orford, Danièle Delorme. On tente de dénicher de nouveaux espaces pour remplacer la maison dans laquelle on s'était installé à Cherry River. On aimerait être de retour pour la prochaine Flambée des couleurs.»

La présidente confesse toutefois que les moyens financiers de son organisme sont limités. Il n'est donc pas question d'acquérir un nouveau bâtiment. «Éventuellement, on pourrait même se contenter d'un chapiteau», avoue Mme Delorme.

Rappelons que le Canton d'Orford avait organisé un appel d'offres pour se départir du 2304 du chemin du Parc en 2012. Signé Orford avait été le seul soumissionnaire à l'époque et avait mis la main sur l'immeuble en question. L'administration Adam a cependant décidé de reprendre possession de ce bâtiment, une décision qui a tout récemment été entérinée par la cour.

«Même si Orford nous a enlevé la maison, nous n'allons pas disparaître. On croyait à notre projet, au départ, et on est encore persuadé qu'il est pertinent. On veut redémarrer avec une vision à long terme. On sait qu'il y a un besoin pour ce qu'on offrait.»

Danièle Delorme ajoute que la vaste majorité des 30 artistes et artisans qui étaient associés à Signé Orford ont toujours le goût de travailler avec cet organisme à but non lucratif.

De retour en cour?

Mardi, Signé Orford a fait parvenir une mise en demeure au Canton d'Orford. L'organisme souhaite être dédommagé financièrement par la municipalité, étant donné que celle-ci ne lui a finalement pas vendu le 2304 du chemin du Parc.

Lorsqu'on lui parle du dédommagement de 40 000 $ exigé, Mme Delorme est catégorique : advenant que la municipalité refuse, de nouvelles procédures judiciaires seront enclenchées.

«J'espère qu'on n'en viendra pas là, parce que je trouverais ça triste que les contribuables d'Orford paient à nouveau des frais d'avocat pour ce dossier», confie Danièle Delorme.

Le conseil municipal entend analyser la demande de dédommagement acheminée par l'organisme au cours des prochains jours ou semaines. Par ailleurs, le maire d'Orford, Jean-Pierre Adam, n'a voulu émettre aucun commentaire concernant la reprise probable des activités de Signé Orford dans sa municipalité.

L'organisme Signé Orford a été évincé du 2304 du chemin du Parc à Orford en 2014. Il espère maintenant relancer ses activités à court terme.

jean-francois.gagnon@latribune.qc.ca

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer