Confrontée à un «manque de ressources», une maman fonde un camp pour autistes

Julie Bernard... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Julie Bernard

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Confrontée à un «manque de ressources», une maman du secteur de Magog, Julie Bernard, a entrepris de fonder un camp de jour pour jeunes autistes. Elle a multiplié les démarches et ce qui n'était au départ qu'une idée est devenue réalité.

Les enfants qui seront inscrits au nouveau camp de jour se réuniront à l'école secondaire de la Ruche, quelques jours par semaine, et s'adonneront à une foule d'activités ensemble durant l'été.

«Je cherchais un camp bien adapté pour mon enfant, raconte Julie Bernard. Celui qu'offre la Ville de Magog a l'air intéressant, mais il n'est pas nécessairement parfait pour les autistes.»

Deux techniciennes en éducation spécialisée ont été embauchées pour animer les journées des enfants. Une psychoéducatrice a pour mandat de leur apporter son soutien.

Six jeunes se sont inscrits en vue du premier été. Ils sont âgés de neuf à 15 ans. «Ça fait une bonne différence d'âges, concède sans difficulté Mme Bernard. Mais les autistes évoluent assez lentement en ce qui concerne la maturité. Alors ce n'est pas un problème de placer des adolescents avec des plus jeunes.»

Les parents des jeunes qui participeront au camp ne paieront qu'une partie des frais. Des dons provenant de particuliers et d'organismes couvriront le reste des dépenses à encourir.

Si le projet s'est concrétisé sans le soutien de la Ville de Magog, Julie Bernard ne ferme pas la porte à une éventuelle prise en charge du nouveau camp par la municipalité. «On s'est débrouillé seul cette année. On verra par contre comment la Ville veut s'impliquer à plus long terme.»

Le camp permettra à certains parents de prendre une pause. Mme Bernard souligne cependant qu'un des principaux objectifs du projet est d'amener les futurs participants à sortir de la maison.

«De façon générale, les autistes démontrent assez peu d'intérêt pour les choses qui les entourent. Ils sont souvent devant des écrans. Grâce à notre projet, ils vont découvrir de nouvelles activités et rencontrer des jeunes qui leur ressemblent. Ce sera un plus pour eux», explique-t-elle.

Les personnes qui souhaiteraient effectuer un don en argent pour supporter le projet porté par Julie Bernard sont invitées à se rendre à l'adresse internet suivante : www.yoyomolo.com/camp-de-jour-pour-autistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer