Les parcs du Mont-Mégantic et de Frontenac seront agrandis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(SHERBROOKE) Le gouvernement du Québec prévoit conclure d'ici la fin de 2015 l'agrandissement de quatre parcs nationaux, dont ceux du Mont-Mégantic et de Frontenac en Estrie.

Le projet le plus ambitieux permettrait d'agrandir de 5 km2 la superficie du Parc national du Mont-Mégantic pour atteindre 59,7 km2. Les six parcelles visées pour l'agrandissement sont propriétés du Ministère depuis plusieurs années déjà et permettraient une meilleure protection des flancs du massif du mont Mégantic, explique Serge Alain, directeur à la direction des parcs nationaux du Québec du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.

Les lots ont aussi la particularité d'être pour la plupart enclavés dans les limites actuelles du parc, ce qui aura pour effet d'en régulariser le pourtour.

« Le projet a d'abord un but de protection du massif du mont Mégantic, mais éventuellement, on pourra le rendre accessible aux visiteurs », ajoute M. Alain, en précisant que ce développement sera détaillé dans le prochain plan directeur du parc attendu en 2016.

Le Parc national du Mont-Mégantic a été créé en 1994. Même si les limites du parc avaient reçu l'approbation générale en audiences publiques, quelques lots ou parties de lots n'avaient pu être intégrés en raison de délais liés à leur acquisition, précise le Ministère. C'est ce qu'on viendrait en quelque sorte régulariser 21 ans plus tard.

Dans le cas du Parc national de Frontenac, le gouvernement du Québec a acquis en 2009 un terrain de 1,1 km2, en grande partie boisé, dans l'intention de l'intégrer aux 155,3 km2 du parc.

« C'est une opportunité qu'on a eue d'acquérir ce terrain qui avait un grand intérêt du point de vue du patrimoine naturel », précise M. Alain. Le projet comprend le lac aux Atocas et de nombreux milieux humides, de même que deux petites superficies pour améliorer l'accès au secteur sud du parc et pour soustraire des installations privées (quai et abri à bateau) qui se trouvent actuellement dans les limites du parc.

Ailleurs au Québec, le Parc national de la Yamaska passerait de 12,9 km2 à 13,5 km2, tandis que celui des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie serait agrandi de 0,2 km2 pour atteindre 224,9 km2.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs tient des consultations publiques sur ces quatre projets jusqu'au 22 août. Il soumettra ensuite une proposition formelle au gouvernement, qui procédera avec la publication dans la Gazette officielle du Québec et le décret officialisant les agrandissements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer