Maison Merry: le conseil municipal est-il trop pressé?

Le conseil municipal de Magog a décidé d'accorder à la firme Muséoconseil un... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(MAGOG) Le conseil municipal de Magog a décidé d'accorder à la firme Muséoconseil un contrat de 73 850 $ en lien avec le projet de mise en valeur de la maison Merry, une des plus vieilles résidences de la ville. Le conseiller municipal Yvon Lamontagne juge toutefois que la municipalité fait preuve d'un trop grand empressement dans ce dossier.

Lors de la dernière assemblée publique du conseil municipal, M. Lamontagne a demandé qu'un vote soit tenu avant l'octroi du contrat à Muséoconseil. Il a voté contre la résolution octroyant le contrat, tout comme la conseillère Denise Poulin-Marcotte.

«Nous n'avons pas de garantie que nous aurons des subventions pour ce projet en ce moment, a souligné le conseiller municipal. C'est pour ça que je ne suis pas d'accord avec l'octroi de ce contrat. Si on n'a pas de subvention, il faudra revoir le dossier.»

La firme Muséoconseil a pour mandat de démarrer le projet qui sera réalisé à la maison Merry. Elle se chargera notamment d'organiser la campagne de financement planifiée, de trier les objets historiques rattachés à la résidence et d'élaborer un plan d'animation.

Le projet que souhaite concrétiser la Ville de Magog est évalué à 3,5 millions $. La Ville prévoit investir 1 M$. Le reste de l'argent proviendrait de donateurs divers et des gouvernements supérieurs.

Yvon Lamontagne assure qu'il demeure favorable à l'orientation prise à l'origine dans ce dossier. «Ce qui est sur la table est rassembleur. Mais j'ai peur qu'on se retrouve dans une drôle de position face aux donateurs du bord du lac, si jamais ils s'engagent à donner de l'argent mais qu'on ne reçoit pas de subvention. Il y aurait alors beaucoup de pression sur le conseil municipal», estime-t-il.

La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, reconnaît pour sa part ne pas comprendre pourquoi M. Lamontagne et Mme Poulin-Marcotte ont décidé de s'opposer à l'octroi du contrat à Muséoconseil.

«On avait inclus ce contrat dans le budget de l'année en cours et tout le monde était d'accord. En plus, on en a reparlé plus tard et tout le monde au conseil avait accepté l'embauche d'un consultant à ce stade. C'est seulement une première étape», explique Mme Hamm.

D'après la mairesse, la Ville a de bonnes chances de décrocher des subventions importantes auprès du gouvernement fédéral pour son projet. La municipalité a déjà mis la main sur un montant de 150 000 $ en provenance du Fonds de développement de l'offre touristique des Cantons-de-l'Est.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer