Pas de fermeture de petites écoles à la CS des Sommets

La Commission scolaire des sommets (CSS) possède plusieurs écoles dans... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(MAGOG) La Commission scolaire des sommets (CSS) possède plusieurs écoles dans lesquelles on retrouve moins de 100 élèves. Mais aucune des petites écoles de son territoire ne fermera ses portes à court terme.

Malgré son désir de sabrer les dépenses, la CSS juge qu'il lui appartient de maintenir les services existants dans les nombreuses communautés rurales qu'elle dessert.

Concernant les petites écoles, le président de la CSS, Jean-Philippe Bachand, révèle aussi que le ministère de l'Éducation, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche du Québec n'exigera pas la fermeture d'établissements occupés à moins de 50 pour cent, contrairement à ce qui avait été annoncé. La Fédération des commissions scolaires du Québec aurait amené Québec à revoir sa position.

La CSS a néanmoins l'intention de vendre quatre immeubles lui appartenant à court ou moyen terme. Le directeur général de la commission scolaire, Christian Provencher, ne précise pas de quels bâtiments il s'agit. Mais il assure qu'aucun d'eux ne sert à offrir des services éducatifs.

Grâce aux ventes d'immeubles qu'elle prévoit pendant sa prochaine année financière, la commission scolaire anticipe des revenus de 100 000 $ et des économies récurrentes tous les ans. Cet argent l'aidera à traverser la période de compressions que traverse présentement le réseau scolaire québécois.

Pour équilibrer son budget 2015-2016, la CSS procédera à différentes coupes budgétaires. Elle limitera notamment le nombre d'heures supplémentaires de certaines de ses secrétaires, demandera des efforts additionnels aux services de garde et fera disparaître le budget de représentation de son directeur général.

Christian Provencher est sans doute satisfait de constater que sa commission scolaire a présenté un budget équilibré pour l'année 2015-2016. Mais il soutient que son organisation « n'a plus de marge de manoeuvre ».

M. Provencher se fait toutefois rassurant lorsqu'il évoque le futur de son organisation. « Je m'attends à ce que, dans deux ou trois ans, on revoit des investissements en éducation », lance-t-il.

En ce qui concerne l'école Saint-Pie-X à Magog, le directeur général de la CSS indique que la commission scolaire est ouverte à rencontrer la mairesse de Magog, Vicki May Hamm, tel que le souhaite cette dernière.

« Dans l'ensemble de nos dossiers, on s'assoit avec les municipalités pour permettre un développement équilibré dans les milieux où on est présent », déclare Christian Provencher.

Le secteur desservi par l'école Saint-Pie-X a récemment accueilli un nouveau projet de développement immobilier. Le nombre de familles avec de jeunes enfants pourrait continuer à grimper rapidement dans cette partie de la ville de Magog. Ce scénario préoccupe les autorités municipales, considérant que Saint-Pie-X sera bientôt bondée.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer