Un organisme de soutien aux hommes agressés est menacé de fermeture

Evans Bédard... (Imacom, René Marquis)

Agrandir

Evans Bédard

Imacom, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Plus d'une centaine d'hommes qui ont vaincu le tabou de parler ouvertement des abus sexuels dont ils ont été victimes dans leur enfance pourraient se retrouver sans le soutien qu'ils ont eu le courage d'aller chercher.

Faute de financement, l'organisme SHASE-Estrie (Soutien aux hommes agressés sexuellement durant leur enfance) sera contraint de fermer ses portes et de cesser d'offrir des services le 15 août. L'organisme communautaire sherbrookois se décrit comme offrant du soutien aux hommes agressés sexuellement à l'abri de tout jugement.

Le coordonnateur du SHASE-Estrie, Evans Bédard soutient que ces blessures de l'enfance entraînent souvent des problèmes de délinquance, d'alcoolisme, de toxicomanie et de violence.

« En rétablissant l'équilibre, les hommes reprennent le pouvoir sur leur vie. Je fais quoi avec cette clientèle qui est venue chercher du soutien auprès de notre organisme? Je suis inquiet. C'est moi qui forme les intervenants à qui je pourrais les référer. Avec un homme sur six qui a été victime d'abus sexuel durant son enfance, tout le monde en connaît un, mais personne ne le sait parce que c'est un sujet tabou. Une telle annonce de fermeture de l'organisme qu'ils ont eu le courage de contacter pour obtenir du soutien pourrait être perçue comme une autre trahison dans leur vie. Nous sommes devenus au fil des ans un maillon essentiel du filet social pour les hommes à Sherbrooke », explique le coordonnateur du SHASE-Estrie, Evans Bédard.

L'organisme a multiplié les démarches au cours des dernières années afin de trouver un financement d'environ 72 000 $ par année qui pourrait en assurer sa survie. Un montant de 52 000 $ permettrait de maintenir les services jusqu'à la fin de l'année financière. Le SHASE-Estrie rappelle qu'environ 25 000 hommes en région et 675 000 au Québec ont été victimes d'abus sexuels dans leur enfance.

« Nous sommes seulement deux organismes de support aux hommes victimes d'abus sexuels au Québec. Ça fait 14 ans que l'on offre des services. Nous réussissons à survivre tant bien que mal avec l'aide d'autres organismes qui croyaient en notre mission, mais qui avec les coupes dans tous les organismes ne peuvent pus le faire. Nous répétons les demandes à notre député de Saint-François, au ministère de la Santé, des Services sociaux et celui de la Justice, mais nous n'avons pas de réponse. Nous avons aussi essuyé des refus de la part des entreprises privées. Toutes nos avenues de financement sont épuisées », rappelle Evans Bouchard.

À défaut d'autre financement, le SHASE-Estrie se tourne vers le sociofinancement. Poru information : www.indiegogo.com/projects/hommes-victimes-d-abus-sexuels-durant-l-enfance#/story.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer