Les sinistrés de Coaticook poussent un soupir de soulagement

Cinq jours après avoir vu leur propriété inondée, des sinistrés de Coaticook... (Imacom, Frédéric Côté)

Agrandir

Imacom, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(COATICOOK) Cinq jours après avoir vu leur propriété inondée, des sinistrés de Coaticook ont reçu des nouvelles encourageantes.

Huguette Gill... (Imacom, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Huguette Gill

Imacom, Frédéric Côté

Le ministère tenait sa première journée de rencontres individuelles hier à l'hôtel de ville de Coaticook où les citoyens touchés par les inondations de mercredi étaient invités à présenter documents de preuve et d'identité afin de confirmer leur admissibilité à l'indemnisation.

Huguette Gill était du nombre. Son logement a été complètement inondé et les dégâts sont considérables, de l'ordre de 40 000 $ selon ses premières estimations. L'aide gouvernementale est cruciale pour réussir à mener tous les travaux.

« S'ils font ce qu'ils disent c'est encourageant, mais ils ont l'air sérieux et notre agent d'assurance nous a dit qu'habituellement le gouvernement remplissait ses promesses dans ces moments-là », explique la dame à la sortie de la rencontre.

«On a 30 jours pour envoyer les documents et le remboursement se fait à l'intérieur de trois mois.»


Jacynthe Desbiens... (Imacom, Frédéric Côté) - image 3.0

Agrandir

Jacynthe Desbiens

Imacom, Frédéric Côté

Le gouvernement s'engage à rembourser 80 % du montant total de la facture en lien avec les dommages subis. Des ressources monétaires sont en effet prévues pour ce genre d'événements comme ce fut le cas entre autres lors des inondations en Montérégie en 2011.

« On a 30 jours pour envoyer les documents et le remboursement se fait à l'intérieur de trois mois selon ce qu'on nous a dit », détaille Jacynthe Desbiens, une autre sinistrée rassurée par le processus mis en place pour l'obtention de l'aide financière gouvernementale.

« La semaine dernière, on a eu l'information comme quoi il y aurait des rencontres. C'est très rapide, ça va bien. Ça a été pris en main et l'information a circulé rapidement », ajoute-t-elle.

Les entreprises, elles, recevront des indemnités équivalant à 75 % des pertes matérielles et le gouvernement rembourse la totalité du coût des travaux. Niko Do, le propriétaire du restaurant Doko, l'un des commerces les plus touchés par les inondations, s'est dit encouragé par le soutien promis par le ministère.

PERTES DE REVENUS

« Ça va passer à un comité spécial pour les nouvelles entreprises et ils vont voir si je suis admissible. Mais c'est sur que je vais être dédommagé pour certaines pertes », indique-t-il.

Le temps est cependant un ennemi de taille pour l'entrepreneur qui perd de précieux revenus chaque jour où son restaurant doit demeurer fermé en raison des travaux qui se poursuivent : le gouvernement n'offre aucune compensation pour les pertes en chiffre d'affaires. De même, les dépenses onéreuses sont pour l'instant défrayées de sa poche et il ne cache pas qu'il souhaite recevoir l'aide le plus rapidement possible.

« Tant qu'on n'a pas vu le chèque, on le sait pas, on nous dit que ça peu prendre environ un mois avant qu'on voit le premier chèque, mais c'est sur que plus vite on l'a mieux ça va aller », explique-t-il.

Les sinistrés sont toujours invités à se prévaloir du programme d'indemnisation en se présentant à l'hôtel de ville de Coaticook pour prendre rendez-vous.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer