Moreau veut donner plus d'autonomie aux municipalités

Pierre Moreau... (Archives)

Agrandir

Pierre Moreau

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yanick Poisson
La Tribune

(DRUMMONDVILLE) Après avoir sabordé les CRÉ et les CLD, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, estime qu'il est temps que l'on donne davantage de lattitude aux municipalités, notamment dans leurs négociations avec leurs travailleurs, et qu'on leur fasse davantage confiance.

L'objectif est, encore et toujours, de rendre les villes et municipalités plus efficientes. On veut, entre autres, donner plus de pouvoir aux gestionnaires afin de réduire la progression de leurs dépenses. Pour ce faire, on devra revoir les modalités de négociations avec les syndiqués.

«Le gouvernement limite l'augmentation de ses dépenses à 1,2 % cette année, alors que celle des municipalités est de 5,7 % On remarque assez rapidement le déficit structurel. Lorsque nous avons analysé ces dépenses, on s'est aperçu que les fonctionnaires municipaux gagnaient 22,9 % plus que les autres syndiqués. C'est insoutenable», estime M. Moreau, précisant que la problématique était davantage présente dans les grandes villes.

Il est également question de revoir le mode de reddition de compte des municipalités afin de réduire leurs dépenses. Le ministre est effectivement conscient qu'une portion importante des débours des municipalités sert à rendre des comptes.

«Il y a une municipalité récemment qui a dû payer 3000 $ en honoraires professionnels pour obtenir une subvention de 10 000 $. On les oblige à embaucher des firmes externes alors que des employés qualifiés pourraient faire le travail, il y a du dédoublement. Il faudra améliorer les mesures de reddition de compte dans un prochain pacte fiscal», statue Pierre Moreau en conférence dans le cadre d'un congrès de la Fédération des chambres de commerce du Québec hier à Drummondville.

Le député de Châteauguay est bien au fait que son gouvernement est allé piger massivement dans les poches des contribuables afin d'atteindre son objectif de déficit zéro et il s'apprête maintenant à en redonner un peu. Le plan d'action du gouvernement libéral prévoit effectivement un allègement du fardeau fiscal des Québécois de 2 milliards $ d'ici cinq ans. Les entreprises profiteront, pour leur part, de congés de taxes totalisant 500 millions $ au cours de cette période.

On croit que ces baisses d'impôts seront rendues possibles grâce au succès du plan nord, à la croissance économique liée à la baisse du dollar canadien et à la progression du marché américain, ainsi qu'au développement de la voie maritime du Saint-Laurent, «l'économie bleue».

«Il y a 950 milliards $ de biens qui circulent sur le fleuve annuellement. On a le choix entre regarder passer la marchandise ou s'arranger pour qu'elle s'arrête ici et utilise nos autoroutes pour être distribuée à travers l'Amérique du Nord», explique-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer